• Et pourquoi pas l'évaluation positive !

    La semaine dernière, j'ai suivi une conférence pédagogique à Canopé 21 sur l'évaluation positive. Comme beaucoup pour ce genre de conférences imposées sur nos 18h , j'y suis allé à reculons : un mercredi après-midi ensoleillé, pas d'envie de subir 3 h d'un discours théorique... J'avoue, je m'étais même préparé au pire en cherchant ce que cette évaluation positive pouvait être. 

    Je suis donc arrivé plein de préjugés en ayant pris soin de mettre dans mon cartable quelques copies à corriger. 

    Et puis 3h après, au lieu d'être exténué de n'avoir rien fait ou suivi, je suis ressorti avec des idées qui fusaient de partout et une grande envie de tester ce système !

     Alors voici les quelques notes, observation, idées, remarques ou projets présentés durant cette conférence de Danièle Adad, professeur des écoles, formatrice à l’ESPE de l’Université Paris-Est Créteil.

    Et pourquoi pas l'évaluation positive !

    1 D'où cette évaluation vient-elle ?

    Les principes d'une évaluation positive des élèves est présente formellement dans les nouveaux programmes de l'école MAIS seulement au cycle 1.

    "L’évaluation constitue un outil de régulation dans l’activité professionnelle des enseignants ; elle n’est pas un élément de prédiction ni de sélection. Elle repose sur une observation attentive et une interprétation de ce que chaque enfant dit ou fait. Chaque enseignant s’attache à mettre en valeur, au-delà du résultat obtenu, le cheminement de l’enfant et les progrès qu’il fait par rapport à lui-même. Il permet à chacun d’identifier ses réussites, d’en garder les traces, de percevoir leur évolution. Il est attentif à ce que l’enfant peut faire seul, avec son soutien (ce que l’enfant réalise alors anticipe souvent sur ce qu’il fera seul dans un avenir proche) ou avec celui des autres enfants. Il tient compte des différences d’âge et de maturité au sein d’une même classe."

    Les points qui ressortent de cette présentation sont donc :

    - l'observation attentive et quotidienne de ce que font ou disent les élèves

    - la mise en valeur des progrès au long de la scolarité (par rapport à lui-même et non par rapport à des attendus ou à d'autres élèves)

    - la prise en compte de chacun (d'où il part jusqu'où il va)

    - la validation des progrès dans différentes situations (avec aide de l'adulte, en groupe, seul à un moment, seul et de manière définitive).

     Pour en savoir plus sur l'évaluation positive en maternelle : 

    http://yvetot-circ.spip.ac-rouen.fr/?Evaluation-en-maternelle-Carnet-de-Suivi-des-Apprentissages-Synthese-des-acquis

    http://eduscol.education.fr/cid97131/suivi-et-evaluation-a-l-ecole-maternelle.html#lien1

    http://cache.media.eduscol.education.fr/file/evaluation/48/3/note_accomp_eval_bienv_suivi_evaluation_maternelle_527483.pdf

    2. Éléments de compréhension de l'évaluation positive

    Ainsi cette organisation se base sur une bienveillance vis à vis des élèves en leur proposant matériellement de voir leurs progrès tout en étant rigoureuse car explicitée (aux élèves et aux familles) et s'appuyant sur des critères précis.

    Cette formulation n'apparait pas dans les programmes de c2 et c3 mais les principes évoqués précédemment peuvent tout à fait s'adapter.

     

     L'évaluation positive, ce n'est pas :   Mais : c'est plutôt 

     - une autre évaluation supplémentaire des connaissances

    - à un moment donné avec un travail à faire pour tous les élèves   

    - des compétences vagues à évaluer

    - une usine à cases à compléter à chaque fin de trimestre ou cycle

    - une évaluation à un moment donné du cycle

    - dans des conditions d'un contrôle sur table au moment choisi par l'enseignant

    - la vérification d'un savoir travaillé récemment 

    - une évaluation sur des acquis par l'observation

    - dans les situations d'enseignement en ciblant un point précis et quelques élèves

    - des critères précis et connus de tous

    - une trace du cheminement de l'élève et de ses progrès sur toute une scolarité

    - une évaluation tout au long du cycle

    - une prise en compte des degrés de l'aide apportée 

    - la validation d'un acquis durable dans le temps

     Pour mettre en place cette évaluation il faut donc : 

    - pointer et donc lister des critères de réussite (quelles sont les marques de chaque palier pour avancer) qui permettront de voir les progrès.

    - réfléchir à un outil qui doit garder une trace de tout le cheminement pour que l'élève voit ses compétences et ses progrès (critères  : fait seul, avec aide adulte, aide d'un autre)

    - organiser les traces par ordre chronologique et par attendu de fin de cycle ou par compétences 

    - concevoir un outil pour l'élève qui lui permettra de voir ses progrès, les noter dans une fiche de suivi et les montrer à la maison

    -penser à évaluer des choses identiques sur le cycle de manière régulière pour voir le progrès des élèves (un vrai travail d'équipe de cycle)

    - concevoir une grille pour chaque attendu avec tous les critères exprimés en "je..." 

    - utiliser un outil visuel de remplissage des différentes acquisitions (cases à cocher, marches à monter, barre de téléchargement)

    - faire attention à ne valider que si c'est acquis réellement et automatisé. 

    - cibler les activités d'évaluations qui permettront cette maitrise automatisée (dans tâche complexe : lire, écrire , parler où l'on va utiliser les outils et compétences de grammaire par exemple)

    -bien choisir  la consigne  de la tâche à effectuer pour éviter que la contrainte prenne le dessus sur la maitrise des compétences 

    -organiser des temps d'entretien pour demander à l'élève ce qu'il pense de son travail ! (argumenter pour savoir ce qu'il pense avoir atteint) ou coévaluer, d'autres vont avoir les critères (poésie par exemple)

     Pour ceux qui n'auraient pas encore décroché considérant que c'est bien beau tout ça mais ce n'est pas très clair et très jargonnant, alors lisez la suite (c'est cette partie qui m'a convaincu).

    3. Un exemple concret en cycle 2 et 3

    Lors de la conférence nous a été présenté un exemple concret au cycle 2 et 3 de cette évaluation positive. Il Il s'agissait de présenter l'évaluation positive de la production écrite des élèves.

    A ce titre, on a découvert un support et le fonctionnement de cette évaluation :

    - le cahier présenté était un cahier de format carré  fabriqué par un enseignant avec des feuilles colorées reliées entre elles. Toute la salle a d'abord cru qu'il s'agissait d'un cahier pour la maternelle alors qu'il était bien prévu pour le cycle 3 

    - l'évaluation de la production d'écrits était organisée sur toute l'école élémentaire avec ce cahier qui suivait l'élève d'année en année. Au niveau de l'évaluation elle-même, les élèves collaient leurs travaux significatifs dans ce cahier au fil des mois. Tout n'était pas collé mais cela relevait de l'entretien qui déterminait si un travail réalisé méritait d'y apparaitre et pourquoi. Concernant la contenu, les élèves racontaient un évènement de leur choix ou s'inspiraient des travaux de la classe pour produire un écrit libre. 

    L'intérêt a été de voir qu'au fil des mois les textes étaient de plus en plus longs, organisés, avec des mots écrits respectant de mieux en mieux la syntaxe et l'orthographe. En outre , à part cet aspect visuel, l'élève avait sa grille des choses à valider en production d'écrit et soit lui, soit l'enseignant validait. Ce qui faisait qu'au cours des évaluations, la barre de téléchargement (ou l'escalier) montrait des progrès. 

    Et puis, le plus intéressant de cette évaluation est ce qu'on veut évaluer. Ici ce qui était évalué n'était pas si l'élève avait su écrire un documentaire, ou faire une description mais juste ce qui était maitrisé en écrit sans travail préalable et donc acquis définitivement. C'est pour cela que les textes évalués sont des 1er jets. 

    Je m'explique ! Dans ces textes, au fil des mois l'élève mettait la ponctuation systématiquement, orthographiait des mots courants sans erreur, mettait les accords dans le GN sans y penser. Et c'était exactement cela qui était évalué : ce qu'on fait sans y penser, qui est donc automatisé et logiquement acquis !

    On nous a aussi présenté ce qui pouvait être évalué en maitrise de l'oral et notamment en poésie. Et là, par exemple, ce sont les autres élèves qui peuvent aider à l'évaluation en faisant la critique de la récitation à partir des critères connus pour ce travail. Ainsi, à la fin de la récitation, les élèves de la classe peuvent indiquer si la voix est posée, si elle audible, si i y a une interprétation, des hésitations. (Attention, cela demande de travailler dans un esprit coopératif pour éviter les jugements)

     

    4. Mes projets et idées

     L'an prochain, je pense me lancer dans ce système pour évaluer les compétences complexes où il est demandé d'utiliser nombre d'outils travaillés séparément en classe.

    Ainsi, cette évaluation positive me permettrait d'évaluer ce sur quoi on fait tous travailler nos élèves : lire, parler, écrire, gérer des données, (et interagir en anglais).

    Je pense donc durant l'été concevoir des outils pour cette mise en place et surtout cibler les critères à évaluer sur les points suivants que sont les attendus de fin de cycle :

    Langage oral

    Dire de mémoire un texte à haute voix

    Réaliser une courte présentation orale en prenant appui sur des notes ou sur diaporama ou autre outil numérique

    Interagir de façon constructive avec d’autres élèves dans un groupe pour confronter des réactions ou des points de vue

    Lecture et compréhension de l'écrit

    Lire, comprendre et interpréter un texte littéraire adapté à son âge et réagir à sa lecture.

    Lire et comprendre des textes et des documents (textes, tableaux, graphiques, schémas, diagrammes, images) pour apprendre dans les différentes disciplines.

    Écriture

    Écrire un texte d’une à deux pages adapté à son destinataire.

    Après révision, obtenir un texte organisé et cohérent, à la graphie lisible et respectant les régularités orthographiques étudiées au cours du cycle.

    En rédaction de textes dans des contextes variés, maitriser les accords dans le groupe nominal (déterminant, nom, adjectif), entre le verbe et son sujet dans des cas simples (sujet placé avant le verbe et proche de lui, sujet composé d’un groupe nominal comportant au plus un adjectif ou un complément du nom ou sujet composé de deux noms, sujet inversé suivant le verbe) ainsi que l’accord de l’attribut avec le sujet.

    Mathématiques

    Résoudre des problèmes en utilisant des fractions simples, les nombres décimaux et le calcul

    Résoudre des problèmes impliquant des grandeurs (géométriques, physiques, économiques) en utilisant des nombres entiers et des nombres décimaux

    Anglais  

    L'élève est capable de comprendre des mots familiers et des phrases très simples.

    L'élève est capable d'utiliser des expressions et des phrases simples pour parler de lui et de son environnement immédiat.

    L'élève est capable de communiquer, de façon simple, à condition que l'interlocuteur soit disposé à répéter ou à reformuler ses phrases plus lentement et à l'aider à formuler ce qu'il essaie de dire.

     

    Pin It

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    1
    Mayleb
    Dimanche 9 Avril à 11:19
    Beau projet. Je vais suivre ton travail.
      • Dimanche 9 Avril à 13:23

        C'est dans ma liste de choses à faire pour l'été !wink2

    2
    Mayleb
    Dimanche 9 Avril à 15:56

    Je reviens depuis mon ordi (eh oui, pas à l'aise avec mon mobile). Je me pose la question de la gestion du temps. Ayant mis en place ce qui ressemble, de loin, à de l'évaluation auto-gérée en étude de la langue et maths, je passe du temps (trop en terme de bouclage de journée et de programmes) à dialoguer avec les élèves sur leurs choix et leurs résultats. Et dans le livret scolaire, ce qui est maitrisé si on aide encore l'élève apparaitra en cours d'acquisition. Cela n'est pas dans l'esprit de l'évaluation positive. 

    Mes réflexions n'ont pas pour but de te faire douter ni de mettre en avant des inconvénients. J'aime le principe de ce fonctionnement et je connaissais déjà, sans savoir comment le mettre en oeuvre. Et puis, si je m'y mets, je dois avoir les arguments pour défendre ma pédagogie, car cela ira à l'encontre de ce qui se fait dans mon cycle (vérification d'un travail récent comme tu l'écrivais plus haut).

      • Dimanche 9 Avril à 18:20

        C'est intéressant de pouvoir avoir un retour. Lors de la conférence, il a été dit qu'on n'était pas systémtiquement en situation d'évaluation mais au contraire plus en situation d'enseigner. par contre, on a de quoi noter qq part une chose à valider ou ce qu'on va suivre précisément sur un ou pls élèves.

        Je ne sais pas trop encore comment je vais faire et j'essaierai de limiter le temps de dialogue pour la validation , cela sera le fait du choix du travail sur la production d'écrit, d'oral, d'anglais et de problèmes. C'est un chantier et les remarques sont bonnes à prendre pour éviter de se dégoûter par manque d'expérience ou de connaissances sur les choses à éviter.

    3
    Lundi 10 Avril à 14:27
    ecam

    très intéressant tout cela!!! Je vais suivre tes réflexions!

    Bonne journée

    4
    Sylvie
    Mercredi 12 Avril à 12:01

    Moi aussi je trouve cala super intéressant!

    Je vois bien l’intérêt et les avantages de cette évaluation, mais je ne sais pas trop comment mettre cela en place donc je vais suivre de près l'avancée de la réflexion et du projet...

    Merci pour ce bel article!

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :