• J'ai décidé de concevoir un padlet (mur modifiable) avec toutes les vidéos que j'ai réalisées .

    C'est plus facile de s'y retrouver et d'accéder à une vidéo en particulier.  Il reste encore quelques vidéos à faire (en noir).

     

    Pin It

    6 commentaires
  • J'avais évoqué dans un article sur mon fonctionnement en classe coopérative que j'utilise les ceintures de compétences au quotidien. C'est rigolo car j'ai commencé par travailler sur les ceintures sans savoir d'où cela venait exactement. Et après avoir fait un premier tour de ma classe coopérative, je me rends compte que je n'ai pas parlé plus que cela de cet outil coopératif. Je vais essayer de réparer cela maintenant.

    Je ne parlerai pas de mon organisation quotidienne ou des outils que j'utilise puisque cela correspond à un onglet spécifique de ce blog. Par contre, il me semble intéressant de préciser en quoi ce type d'évaluation à un effet positif sur les acquisitions des élèves. 

    Les ceintures de compétences en classe coopérative

    En discutant avec des collègues ou en répondant à des messages, j'ai remarqué que cette organisation des évaluations paraissait difficile à mettre en oeuvre mais surtout posait beaucoup de questions sur son intérêt et les problèmes qu'elle induirait. 

    Points positifs  

    - le système de ceintures est un type d'évaluations positives et bienveillantes. Chaque élève choisit sur quoi il est évalué, s'y prépare et décide de passer un test. Il sait ensuite par l'appréciation s'il a acquis la compétence ou s'il faudra retravailler dessus. En outre, l'acquisition est un point important parce qu'il indique une très bonne maitrise (75% de réussite) de la compétence. Le passage des ceintures favorise aussi l'autonomie car chaque élève choisit en fonction des ceintures déjà obtenues ce qu'il va travailler (autonomie qui se gagne via les indications du plan de travail). 

    - grâce aux ceintures, on met en place une réelle personnalisation du parcours d'évaluation de l'élève. Chaque élève progresse dans les ceintures en fonction de ses acquis ou capacités. Par exemple, il peut aller vite en français et mettre plus de temps en maths, du fait de l'obligation de repasser certaines évaluations. En plus, pour l'enseignant, le fait de savoir qui a échoué à telle ceinture permet de savoir au quotidien qui aider et comment pour le faire progresser.

    - une vraie place au droit à l'erreur est accordée dans ce système. Si l'élève se trompe, il a le droit de refaire mieux. Au quotidien, c'est un élément moteur pour les élèves qui veulent vite repasser une ceinture. 

    - la maitrise des compétences travaillées est mieux assurée pour l'ensemble des élèves. Chaque élève a ainsi des acquis de base sûrs qui lui permettront de faire face aux notions de plus en plus complexes. Ainsi, on évite l'empilement des notions à moitié acquises qui font qu'au cours de l'année, les difficultés de compréhension s'accumulent. Cet état se confirme au regard des résultats des élèves passés en 6ème.

    - la compétition induite par les notes s'efface au profit de l'obtention d'une ceinture. Cela permet surtout à l'enseignant de se concentrer sur les points forts et les points faibles de chacun du fait d'une notation binaire (acquis ou non).

    - pour les élèves les plus à l'aise, ce système est moteur et motivant car ils ont toujours une ceinture à travailler, à passer, à corriger ou à repasser. 

    Les ceintures de compétences en classe coopérative

    Points négatifs

     Avant de continuer, pour ceux qui seraient intéressés, je ne sais pas s'il faut passer petit à petit à ce type d'évaluations ou s'y mettre d'un coup; je sais juste que cette organisation mise en place, on arrive tout doucement à voir que les points négatifs de ce système trouvent des solutions en allant vers une classe coopérative. Ainsi, depuis que j'ai commencé à travailler avec les ceintures, j'ai toujours dit que je ne reviendrai pas en arrière mais je me suis trouvé face à pas mal de soucis . Néanmoins, je me suis rendu compte cette année qu'une bonne partie de ces problèmes s'estompaient par les changements que j'avais entrepris.

    - il y a un décalage pour beaucoup entre les travaux de la classe et les ceintures qu'ils passent dans certaines matières. Cela ne gêne en rien l'évaluation puisqu'elle est préparée et qu'une acquisition complète permet souvent de mieux comprendre les notions suivantes. En outre, lorsqu'une activité évaluée a été travaillée en classe il y a 2 mois, elle a souvent été reprise par des exercices ou des travaux de réinvestissement qui font que l'élève a plus pratiqué et a donc certainement mieux compris.

    - il est parfois difficile de faire avancer certains élèves dans ce système par manque d'autonomie, de volonté ou de motivation. Ils ont tendance à ne passer que peu de ceintures . Pour les faire avancer, il est nécessaire de savoir où chacun en est et surtout de fixer à chaque élève des objectifs d'évaluations à travailler (par le plan de travail notamment). Cela demande du temps et surtout varie pour chaque élève. Il faut aussi veiller à faire le point avec eux presque quotidiennement.

    - les élèves ayant échoué à une ceinture ont tendance au début à laisser cette discipline de côté pour faire d'autres ceintures. Néanmoins, l'obligation d'avoir certaines couleurs dans toutes les matières pour aller plus loin dans d'autres fait qu'ils doivent retravailler sur une compétence non acquise. Et là, l'enseignant doit être capable de proposer un travail adapté à chacun (correction de l'évaluation individuellement ou avec un camarade-expert, entrainements sur d'autres supports avec des exercices ciblés sur des points difficiles,...)

    - à la fin de l'année, ils n'auront pas tous passés la ceinture noire de chaque discipline ! C'est certain mais à titre d'exemple, vaut-il mieux maitriser aisément le présent de l'indicatif et ne pas avoir été évalué sur le conditionnel plutôt que conjuguer moyennement ces 2 temps ?

    Pin It

    2 commentaires
  • Lundi 4 avril : Mais bien sûr...

    A la sortie de l'école, une maman vient me voir pour me poser une question : "peut-elle prendre ses billets d'avion pour le 1 er juillet pour partir en vacances ?". Ben sachant qu'il reste encore 2 jours de classe après, je lui rappelle la réglementation mais aussi quand même que sa fille a commencé son année de CP le 1er octobre 2015 pour les mêmes raisons. 

    Semaine 26 d'un directeur d'école

      

    MARDI 5 avril : Contre les préjugés

    Ma collègue de CP travaille sur l'école des grand-parents avec tout un projet. Et ce matin arrive un de ses voisins de 80 ans qui vient parler de son enfance mais aussi voir ce qu'est l'école aujourd'hui. Un vrai dialogue des générations ... 

     

    Semaine 26 d'un directeur d'école

      

    MERCREDI 6 avril :  Encore et encore ...

    Réunion des directeurs cet après-midi avec l'IEN. Et c'est parti pour 3h30 sur les nouveaux programmes, le nouveau projet d'école et cerise sur le gâteau : un conseil d'école extraordinaire à faire dans les 2 semaines après la rentrée sur la sécurité....

     

    Semaine 26 d'un directeur d'école

     

    JEUDI 7 avril : On mouline ...

     Au bout de 2 mois de coups de téléphone, de courriers, d'entretiens et de propositions pour avoir une réouverture de classe, les inscriptions à la mairie commencent. Sauf que rien n'a été décidé par la mairie, alors que des engagements avaient été annoncés. On tourne en rond .......et rien ne change !!!

     

    Semaine 26 d'un directeur d'école 

    VENDREDI 8  avril : le bout du tunnel ?!

    C'est enfin les vacances ! Les 3 dernières semaines ont été particulièrement usantes et un peu d'air va permettre de penser à autre chose et de revenir gonflé à bloc (enfin j'espère).

    Semaine 26 d'un directeur d'école

     

     

     

     

     

      

      Et vous ? Comment s'est passée cette semaine ?

    Pin It

    10 commentaires
  • En cette fin de 4ème période, en ce début de vacances pour la zone B, la CPB vous propose sa sélection des documents "à ne pas rater" !
    Nous en profitons pour souhaitez de bonnes vacances à la zone B et bon courage à la zone A et surtout à la zone C!!

    Pour les découvrir:

    Sur le forum :
    logo_cpb_grand 
    et sur le blog de l'association :
    Image hébergée par servimg.com
     
    Bonnes visites!
    Pin It

    votre commentaire
  •  

    MARDI 29 mars : Paperasse

    Avec tout le travail administratif actuel j'ai mis de côté ce qui me rebute : les comptes de la Coop de l'école. On a beau se simplifier la tâche, il faut quand même que je vérifie et pointe depuis octobre les 30 pièces, les chèques et les lignes de compte. Horrible ! 

     

    Semaine 25 d'un directeur d'école

     

     

     

    MERCREDI 30 mars : Mot d'absence

    Un de mes élèves a été absent vendredi dernier et, après un rappel,  me ramène un mot dans son cahier (ils n'ont toujours pas compris :" sur papier libre"). L'excuse pour son absence est "mon fils a fait une crise d'appendicite." Je lui demande s'il a été opéré ou quelque chose comme cela ... mais non !

     

    Semaine 25 d'un directeur d'école

     

    JEUDI 31 mars : Maladie

     Mes 2 loulous ont la grippe au même moment et je les garde ce matin avant de retourner l'après-midi à l'école. J'avais tout préparé (et allumé) pour un éventuel remplaçant. A 8h15, je téléphone et j'apprends que personne ne viendra.  J'éteins donc tout et rentre chez moi. A 9 h, mail indiquant qu'il y a un remplaçant qui arrive : rageant !!!!

     

    Semaine 25 d'un directeur d'école

     

    VENDREDI 1 avril ...

    J'ai passé la journée avec des mains qui essaient de m'accrocher des poissons dans le dos sans se faire prendre (en classe, dans les couloirs, la cour).  Bon,  après 16h, ça devient un peu usant et je me retiens de dire :

     

    Semaine 25 d'un directeur d'école

     

     

     

     

      

      Et vous ? Comment s'est passée cette semaine ?

    Pin It

    6 commentaires
  •  Comme tout le monde je pense, en découvrant les nouveaux programmes, j'ai eu comme un léger recul en voyant le nombre de pages par cycle et la présentation qui me semblait peu claire et pas facile d'accès. J'ai tout laissé de côté, me disant qu'on allait nous en reparler, voire peut être nous proposer des outils pour s'approprier ces textes.  Et puis NON, ...

     Certains ont commencé à publier leurs propositions de programmations mais cela ne me donnait pas plus envie de m'y mettre.

    Ce que j'attendais (à part une formation et des conseils de cycle 3, qu'on n'aura pas apparemment), c'était des documents reprenant ces programmes de manière plus simple et plus facile à utiliser. Je suis tombé depuis une semaine sur un tas de documents (officiels et d'académie) qui laissent présager un peu d'aide à l'application de ces nouveaux programmes.

    Mes 2 sources sont Eduscol et le blog Directeur 90 (qui compile toutes les ressources proposées)

    Voici ce qui peut tous nous être utile :

    Les programmes aux formats modifiables 

    Programmes complets

     

    Programmes Cycle 2

     

    Programmes cycle 3

     

    Horaires

     

    Compétences Cycle 2

     

    Compétences Cycle 3

     

     

    Des cartes mentales synthétiques permettant de cibler un domaine/une matière/un cycle

    Et les nouveaux programmes

    Et les nouveaux programmes

    Des documents prêts à l'emploi pour des programmations de cycle (y'a plus qu'à cocher le(s) niveau(x) pour chaque compétence)

     

    Maths Cycle 2

     

    Français Cycle 2

     

    EMC cycle 2

     

    Maths Cycle 3

     

    Français Cycle 3

     

    EMC cycle 3

     

     

    Des propositions de Programmations de cycle 2 et 3 dans toutes les matières

    Français

     

    Maths

     

    Histoire

     

    Géographie 

     

    Sciences

     

    Des Documents d'application (en petit nombre pour l'instant, mais ils ont le mérite d'exister)

     Cycle 2 (seulement Domaine Questionner le Monde pour l'instant)

    Cycle 3 (en attente)

     

     

     

    Pin It

    23 commentaires
  •  La semaine dernière a été une épreuve dans le fonctionnement de ma classe coopérative  durant cette année mais aussi une révélation.

    Avant de détailler plus précisément ce qui s'est passé, j'ai laissé tomber pendant 2 jours tous les principes de ma classe depuis le début d'année en prenant une position autoritaire. J'ai donc supprimé droits et libertés, imposé le silence, interdit toute coopération et sanctionné tout écart de conduite.

    J'en ai parlé dans mon journal d'un directeur et Craie Hâtive a résumé ce que j'ai vécu en une maxime qui sied parfaitement à cette situation :

    "Il vaut mieux un coup d'Etat sur une année de bienveillance

    qu'une année de coups d'éclats."

    J'ai pris conscience que l'organisation coopérative de la classe avec un conseil, des métiers, des droits et devoirs était plus qu'un simple système d'apprentissage du rôle de futur citoyen  : c'est aussi un condensé de construction démocratique équivalente à celle d'une nation.

     Ainsi, cette année d'entrée dans un système coopératif semble analogiquement proche de ce qu'a été la construction démocratique de notre pays. Cela permet aussi d'immerger les élèves dans ces processus complexes et d'enrichir mutuellement le travail d'Histoire et d'Education Civique et Morale en faisant certains parallèles.

    Voici les étapes de construction démocratique de ma classe en rapport aux faits historiques : 

     

    Déclaration des droits de l'élève apprenti-citoyen (26 aout 1789)

    En aout 2015, j'ai décidé de préparer ma rentrée en système coopératif en choisissant de ne plus être en position de monarque absolu. Ainsi, j'ai décidé de garder le pouvoir exécutif mais les 2 autres pouvoirs (législatif et judiciaire) étaient partagés avec les élèves. En outre, les élèves ont eu dès la rentrée des libertés et droits. Néanmoins, ils ont des devoirs en tant que citoyen.

    De la démocratie en classe ...

    Instauration d'une République de classe (21 septembre 1792)

    Dès les premiers conseils de classe (véritable Assemblée de classe), les élèves ont élaboré un règlement instaurant les éléments fondamentaux du fonctionnement de la classe en respect de la Loi mais aussi en rapport avec la charte de la Laïcité. 

    Élaboration des lois 

    Après 3 semaines, le conseil de classe a voté la déclinaison du règlement en ceintures de comportement apportant des nouveaux droits mais aussi imposant des devoirs de plus en plus complexes.

    De la démocratie en classe ...

    Mise en place d'un système judiciaire

    Les semaines passant, la plupart des problèmes soulevés lors des conseils relevaient d'excès dans le fonctionnement quotidien. Il s'agissait pour le plus souvent d'élèves qui gênaient les autres, continuaient malgré les rappels à l'ordre et ne respectaient pas le code des sons.

    Il est apparu nécessaire que la classe se dote d'un système judiciaire pour avertir les comportements contraires aux lois votées et réfléchisse à un système de sanctions. Cela s'est fait en plusieurs phases avec des cartons pour avertir et la mise en place d'un rôle de Super Maitre du Bruit (sur le modèle d'un juge).

    Période de la Terreur (1793-1794)

    Lundi 14 mars , c'était la deuxième semaine de mise en place des Super Maitres du bruit dans la classe qui doivent gérer le code des sons mais aussi avertir les élèves qui ne respectent pas le minimum pour se concentrer et travailler au mieux. Après les rituels, l'organisation en ateliers et plan de travail s'est remise en marche mais s'est grippée au bout de 30 minutes. En fait, tous les élèves s'étaient mis à contrôler le maitre du bruit en allant mettre un message dans la boite aux lettres à chaque fois qu'ils jugeaient que ce métier n'était pas fait correctement. Le maitre du bruit, s'en rendant compte, ne passait plus son temps qu'à observer la classe, à courir pour donner des cartons et changer le code des sons. Je me suis alors rendu compte qu'en 50 minutes de travail autonome il n'avait écrit que 2 lignes et qu'il y avait 20 mots dans la boite aux lettres. 

    J'ai fait une pause pour rappeler les règles et qu'il n'était pas nécessaire de contrôler les contrôleurs. Sauf que les 2 jours suivants, cette ambiance délatoire n'est pas retombée ...

    Coup d'État du 17 Mars (18 brumaire 1799)

     Le 17 mars à 10h05, la classe tournait plutôt bien : travail, sérieux, peu de bruit... Mais j'ai remarqué à nouveau le ballet des déplacements des petits mots pour dire qu'untel ne faisait pas son travail de super maitre du bruit. J'en ai trouvé à nouveau 10 et en les lisant, je me suis rendu compte qu'ils n'avaient rien compris alors que la classe fonctionnait.

    De la démocratie en classe ...

    J'ai donc annoncé que je reprenais tous les pouvoirs (législatif et judiciaire) et que jusqu'au prochain conseil je supprimais tous les droits des élèves. En outre, j'ai annoncé qu'à chaque bruit, je donnerai un travail écrit à faire.

    Cela n'a pas raté , j'ai mis dans les 2 heures 3 punitions et le lendemain, 4 autres dont une élève adorable qui avait juste repris le système de tutorat. 

    Instauration d'une 2ème République (1848)

    Au conseil exceptionnel du lundi suivant, tout a été remis à plat et les élèves ont proposé au vote 3 systèmes :

    - l'ancien système mais avec le risque d'un retour de bâton encore plus fort

    - un système autoritaire comme celui mis en place suite au Coup d'Etat

    - un système dérivé du premier où chacun s'occuperait de son métier et surtout de son travail plutôt que celui des maitres du bruit. Il a été proposé pour discuter des  éventuels dysfonctionnements de mettre ce sujet  à l'ordre du jour du conseil chaque semaine.

    De la démocratie en classe ...

    Sur 22 votes, la 2ème République a obtenu 21 voix et la dictature 1 voix. Il s'agit de mon élève tête de classe qui aimerait bien travailler sans aucun bruit tout le temps.

    A suivre

     

    PS : J'ai comme l'impression que ce fonctionnement correspond exactement à l'avenant au Projet d'Ecole ayant pour thème "Mobilisation pour Les Valeurs Républicaines". Je crois que je vais envoyer un copier-coller de ce texte comme fiche action.  

     

     

    Pin It

    13 commentaires
  • LUNDI 21 mars  :  Enfin une vraie équipe

    Ayé, je viens de vivre ma première équipe éducative de l'année qui va peut être aider un élève en difficulté en évoquant tout ce qui doit être fait pour l'aider  et surtout de soulever l'air de rien quelques problèmes sur lequel il faudra revenir! 

     

    Semaine 24 d'un directeur d'école

     

     

    MARDI 22 mars :  Chouette chouette chouette

    Au courrier, j'ai une belle lettre de notre ministre avec une dizaine de petites cartes ! Ce sont les Pass Education qui sont de retour ! 

    Semaine 24 d'un directeur d'école

     

     

     

        

    MERCREDI 23 mars :  GENPEUPLU

    Pour l'orientation d'un élève en classe ULIS, nous recevons de la référente ASH le GEVASCO pour le dossier MDPH ! Si tu ne comprends pas, c'est que tu n'es pas directeur d'école avec des documents à remplir à foison. En plus, le PDF modifiable ne fonctionne pas sur mon ordi, ce qui implique remplissage à la main, numérisation et remise dans unh fichier PDF. Au moins, j'ai 3 jours pour faire cela.

     

    Semaine 24 d'un directeur d'école

     

     

    JEUDI 24 mars : Impressions !

     Nous avons commandé une imprimante après plusieurs retards administratifs. Le souci est qu'elle n'arrivera que dans une semaine et que ce matin, l'autre n'a plus d'encre noire et qu'il va me falloir débourser 95 € pour la faire fonctionner une semaine. Arghhhhh !

    Semaine 24 d'un directeur d'école

     

     

    VENDREDI 25 mars : Stages RAN

    Comme tous les ans, 15 jours avant les vacances de printemps, on reçoit le dossier pour les stages de remise à niveau. Et il faut dès mardi prochain, envoyer la liste des volontaires; dès jeudi, proposer une liste d'élèves avec retour des familles pour le lendemain et 2 jours avant les vacances, envoyer le scénario pédagogique d'aide pour chaque élève après en avoir parlé avec son enseignant.    

     

    Semaine 24 d'un directeur d'école

     

     

     

      

      Et vous ? Comment s'est passée cette semaine ?

    Pin It

    6 commentaires
  • Quand j'ai choisi de me lancer dans une pédagogie inversée en début d'année scolaire, ma volonté était d'éviter d'être systématiquement dans une posture magistrale, de gagner du temps sur l'explication du contenu de la leçon par une vidéo, de proposer des vrais activités de recherche par groupe et aussi d'avoir la possibilité d'organiser mes groupes sur une leçon en fonction des besoins. J'en profite aussi à chaque fois pour tenir un atelier qui permet de reformuler le contenu, de tester la compréhension des élèves par des exemples et d'adapter mon discours au niveau de maitrise de chaque groupe.

    J'en fais un bilan grandement positif même si cela me semblait au départ un immense saut dans l'inconnu. Je trouve que le fonctionnement de ma classe est aussi grandement impacté par la volonté d'axer l'organisation quotidienne ou des activités sur la Coopération. Ainsi, je suis toujours étonné de me rendre compte comment les élèves se déplacent naturellement en classe pour aider d'autres camarades en difficulté passagère. Ce système d'entraide et parfois de tutorat permet que des élèves passés à côté d'une consigne ou d'une règle puissent quand même réussir une activité avec l'explication d'un autre. Je me rends aussi compte que l'entraide prend de plus en plus la forme d'une explicitation plutôt que du don d'une solution en faisant un exemple.

    Où en suis-je de la différenciation pédagogique ? 

     Et puis, comme cela arrive entre collègues (et même avec des stagiaires) , il nous arrive régulièrement de parler de l'équivalent du Loch Ness dans l'éducation (i.e. tout le monde sait de quoi il s'agit mais personne ne l'a jamais vu vraiment) : LA DIFFERENCIATION pédagogique.

    Comme tous les enseignants, on m'en en parlé à l'IUFM/ESPE, des maitres-formateurs ont insisté sur cette pratique alors même qu'il ne nous en présentaient pas, des livres par dizaines parlent de ce sujet mais à mon sens ne donnent pas d'outils concrets pour s'y mettre (je suis preneur de références si qq'un en a), nos IEN et conseillers péda nous vantent le modèle à chaque réforme en veillant à prendre 10 minutes pour distinguer différenciation et individualisation, ....mais cela ne me parle toujours pas plus voire je trouve le concept de plus en plus flou (un peu comme la photo de Nessie).

    Au fil de nos discussions entre collègues, on se dit qu'on a tous essayé un truc pour différencier en classe mais que comme les autres, on a laissé tomber ( pris par le temps, le quotidien de la classe, des projets et puis le peu d'impact perçu de ces essais).

      

    Et puis, dernièrement, j'ai pris de recul sur ce que je fais et je me suis dit que l'air de rien, avec mon organisation, j'avais certaines pratiques qui me "semblaient" être de la différenciation pédagogique réelle et efficace (bon là, je mets des guillemets et je marche sur des oeufs parce que je ne suis ni maitre-formateur, ni conseiller péda, ni IEN et que j'ai pas réussi à aller au bout d'un livre de Ph Meirieu sur le sujet)

     

    Différenciation en début de leçon

    Lors du travail d'ateliers sur une nouvelle leçon, je travaille avec tous les élèves en groupes de 3 à 5. Ces groupes sont faits en amont en fonction des réponses au formulaire en ligne rempli à la maison. J'ai choisi au préalable dans ce questionnaire de faire figurer 3 à 4 questions organisées comme suit :

    1. simple rappel ou compréhension de base de la notion

    2,3 . questions sur des points précis de la leçon sans difficulté importante

    4. question plus complexe qui correspond généralement aux erreurs récurrentes

    Ainsi, face à chaque groupe que j'ai pendant 5 à 10 minutes, je ne dis pas et n'insiste pas sur les mêmes choses en fonction des erreurs commises en amont. Cela me permet de détailler certains points qui sont peu clairs et d'en travailler d'autres plus rapidement. 

    Lors d'un travail de mise en commun avant de passer à la trace écrite, nous faisons en grand groupe un recensement des éléments importants et des pièges auxquels il faut faire attention.

     

    Différenciation en aval d'une notion

     Durant le travail de la semaine (sur le Plan de Travail), je suis disponible pour aider ceux qui en ont besoin et cela me permet d'expliquer autrement, de faire avec eux mais aussi de proposer à certains qui ont profité de mon aide de la transmettre à d'autres. Cela arrive régulièrement quand face à certains exercices, des élèves se sentent bloqués et ne voient pas comment réussir.

    En outre, le moment le plus important est le temps ritualisé que je prends chaque lundi avec tous les élèves pour faire le point sur leur travail de la semaine précédente. J'utilise les annotations du plan pour les  féliciter de les réussites et revenir sur les difficultés en proposant généralement de faire un travail particulier avec un des outils du fond de classe.

    Différenciation grâce aux outils de la classe

    L'organisation de la classe avec des ordinateurs en fond de classe, les entrainements aux ceintures et quelques ateliers de manipulation (ce sera mon prochain projet...) font que je ne cherche pas longtemps ce que je peux leur proposer pour leur faire comprendre une notion. 

    Où en suis-je de la différenciation pédagogique ? 

    Mon bilan est que c'est :

    - simple pour la mise en place du fait de la ritualisation de moments dédiés à des pratiques différenciées

    - basé plutôt sur mes capacités à m'adapter aux élèves en fonction de leurs besoins que sur une préparation en amont importante

    - mis en place en m'appuyant sur des outils de ma classe à disposition (entrainements des ceintures, exercices en ligne, ateliers de manip.)

    - conçu sur ce que je sais, observe ou comprends des erreurs/tâtonnements des élèves qui vont leur permettre de passer outre cette nouvelle connaissance qui parait complexe au premier abord.

     

    Les limites et perspectives : 

    - une limite fondamentale de ce système est le fait que certains élèves arrivent face à un exercice sans connaissance (participation limitée en ateliers, investissement très limité dans les activités d'explicitation et d'institutionnalisation et apprentissage inexistant). Il faut dès lors reprendre beaucoup de temps mais le fait de se mettre à disposition de ceux qui en ont besoin permet quand même qu'une acquisition ait lieu

    - en terme de matériel à disposition pour la remédiation, il faut un peu comme pour les ceintures y avoir réfléchi bien avant pour pouvoir répondre aux situations qui se posent en donnant un outil adapté

    - le système est preneur de temps et en laisse moins au quotidien avec un fonctionnement en double niveau. 

     - comme d'autres le font avec leurs plans, je réfléchis à proposer les corrections des exercices de la semaine que les élèves pourraient aussi faire avant de me rendre leur cahier. Cela me permettrait de voir avant la fin du travail de la semaine ceux qui ont pu passer à côté du travail (pour des causes différentes : consignes, compréhension, utilisation de la leçon, vérification, démarche mise en oeuvre...)

     - je pense qu'il faudrait proposer un ou 2 ateliers de manipulation dans la semaine dans le plan de travail (exercice auto correctif de manipulation ...)

    - je voudrais associer ce travail aux cartes mentales pour que chacun puisse s'approprier les contenus en formalisant les points ou étapes importants pour dépasser les limites de la leçon écrite 

    Pour aller plus loin : 

    Une vidéo d'une conférence de Sylvain Connac sur le sujet. Il y parle de différenciation (morte selon lui) et de sa suite le couple individualisation/personnalisation (la partie sur ce sujet commence à la 50è minute)

    Merci à Azraelle (et à son collègue) pour la découverte .

    Pin It

    19 commentaires
  • LUNDI 14 mars  :  C'était pas mal parti ...

    Bon, ben , on va finalement peut être avoir 3 ou 4 élèves d'une commune des alentours. Sauf qu'on pensait qu'il y en aurait au moins 8 pour sauver notre classe alors tout le monde est déçu ! 

     

    Semaine 23 d'un directeur d'école

     

    MARDI 15 mars :  Des collégiens ou presque ...

     Nous passons l'après-midi au collège pour le rallye Calculatice et une enquête en petits groupes pour découvrir le collège. Nos élèves étaient en binôme avec un 6ème et au bout de 10 minutes, on a vraiment eu l'impression qu'ils se connaissaient depuis le début de l'année scolaire. BRAVO et MERCI aux 6ème 5 !!!

     

    Semaine 23 d'un directeur d'école

     

        

    MERCREDI 16 mars :  C'est toujours pareil...

    Hier, un petit CP a eu des mots violents envers un grand CM ! On a demandé qu'il explique avec l'aide de ses parents le vrai du faux pour pouvoir régler le problème et savoir ce qui s'était vraiment passé. Le petit garçon avoue bien ce qu'il a fait mais les parents ajoutent quand même qu'ils espèrent que cela ne va le perturber et qu'il n'aura pas peur d'aller à l'école  !!!!! ????? !!!!!

     

    Semaine 23 d'un directeur d'école

     

    JEUDI 17 mars : Que fait-on maintenant ?

     On en parle de plus en plus entre collègues : faire plus de recueils d'infos préoccupantes pour faire avancer certaines situations. C'est très dur de savoir quels éléments pèsent dans la balance en faveur cette démarche. 

    Semaine 23 d'un directeur d'école

     

    VENDREDI 18 mars : Un vrai coup d'état

    Je l'ai pas fait exprès mais ce que ma classe a vécu cette semaine correspond bien à la période historique que nous travaillons en ce moment : Révolution et Empire. En début de semaine, c'était le chantier en classe (bruit, tensions, absence de travail...) J'ai fait une mise en garde sur leurs droits et devoirs et puis ce matin... Je me suis comporté comme Napoléon : pouvoir absolu, décisions arbitraires, suppressions des droits , sanctions automatiques... Travail du weekend pour les élèves: comment revenir à la démocratie ?

     

    Semaine 23 d'un directeur d'école

     

     

      

      Et vous ? Comment s'est passée cette semaine ?

    Pin It

    10 commentaires