• Sincèrement, lorsque Jean-Michel Blanquer est parti, j’ai pensé que malgré ces 5 dernières années horribles au sein de l’Éducation nationale, on allait peut-être découvrir l’école d’après, un peu comme la promesse illusoire de 2020.

    Je me suis accroché non à de l’espoir, mais plutôt à une vision positive qui m’anime en tant qu’enseignant. Celle-ci permet à tout personnel de l’EN de ne pas que voir que le problème, le malheur, mais essayer d’imaginer la réparation, une solution, la reconstruction et l’évolution de chaque situation vécue dans sa classe, son école ou son établissement.

     

    Et puis le temps est passé et la machine a très vite repris son allure, sa direction sans se soucier de qui ou quoi que ce soit ! Je me suis mis aussi naturellement dans une position d’inconfort et de mal être face à cela, mais les quelques derniers jours de virages comme sur une route de montagne m’ont donné tellement la nausée qu’il faut que j’ouvre la fenêtre, que je prenne un peu l’air, mais le malaise étant bien là, il faudra aussi que j’évacue toute cette bile.

     

     

    En quelques semaines , mais cela fonctionne comme ça depuis des années, on fait face à des annonces de choses existantes, des débats sur de faux sujets éducatifs, des ressources sur tel sujet qui devient une nouvelle priorité (sachant qu’on en est à 15 priorités au minimum dans l’EN)

    Nombre de ces annonces sont pourtant contrecarrées par des études ou observations d’autres systèmes.

     

    Ainsi, alors que les priorités réelles sont la formation , les moyens (salaires, AESH, …), la réduction des inégalités qui sont des leviers pour faire monter le niveau, on nous rabâche tous les ans les marronniers qui sont :

    - le port de l’uniforme qui statuerait sur une égalité de façade, mais aussi cette année qui règlerait les atteintes à la laïcité

    - le retour aux fondamentaux en primaire avec une primarisation de la maternelle, toujours plus de français et de maths

    - de la dictée et du calcul mental qui ont un traitement à part, car on annonce leur retour alors même qu’ils n’ont jamais disparu.

    - les méthodes de lecture

    - des trucs sur le harcèlement, la laïcité … le tout souvent suite à des actes qui ont choqué l’opinion, à juste titre.

    Et tout ça arrange bien pas mal de monde, car cela fait causer sur l’éducation et donne une fausse impression de s’y intéresser. Suivant l’actualité de ce sujet depuis 20 ans , je ne crois pas qu’il y ait eu autre chose que cela de réellement discué , débattu ou vraiment envisagé. En outre, la plupart des réformes mises en place ont toujours eu pour effet l’inverse de ce qui était annoncé (formation initiale, programmes, emploi du temps...)

     

    En quelques années, cela s’est accentué avec une déconnexion complète de la personne qui est le supérieur de tous les personnels EN et sa propension à systématiquement s’adresser à l’opinion, à ne pas réellement défendre ses personnels et à jouer au mieux la division entre corps (1er Vs 2nd dgré, enseignant VS non-enseignant, base VS cadres). Alors oui, on reçoit vidéo ou textes en tant que personnels, mais juste pour nous annoncer ce qui a paru quelques jours avant dans les journaux et souvent qui impacte dès le jour même tout un pan de la stabilité de l’EN (Covid, mais aussi changement des programmes pour bac et annonce au dernier moment de la réintroduction de maths /suppression de la techno en 6e).

     

    Et la machine médiaticopolitique se met systématiquement en route sans vrais approfondissement ou réflexion (écartant de fait les experts ):

    - mise en avant de sujets marronniers avec des buzz, des émissions sur un truc inutile, des sondages à côté de la plaque , de fausses vraies enquêtes, mais rien sur le reste. Enfin si, des journalistes spécialisés ou des politiques au courant peuvent relayer d’autres sujets , éclairer sur des points , mettre en avant une situation qui pose réellement problème sauf qu’on ne les voit que très peu.

    Cette semaine encore, un homme attaque au couteau des gens dans une gare et on a des spécialistes et journalistes informés qui donnent à comprendre les éléments sur cette violence alors que concernant la dictée on vous sort juste en un PowerPoint les comparaisons 1987 , 2017 avec un exemple et quelques coups droits bien placés des journalistes vedettes pour le monde enseignant qui vont de raccourcis en imprécisions et mêmes mensonges (sans le savoir).

     

    - vision de la société complètement fausse de l’école qui était déjà en partie là mais qui est maintenant unanimement partagée, qu’on soit jeune ou vieux , de droite ou gauche, pauvre ou riche : « Le niveau baisse, c’était mieux avant et les profs sont nuls, c’est de leur faute au passage ».

     

    Alors, oui, je sais que toute la société étant passé à l’école elle est en mesure d’expliquer ce qui est bien , marche et ce qui devrait être fait sauf que cela n’est pas aussi simple et que je ne détaillerai pas, car les analogies avec les médecins garagistes et plombiers ont déjà pas mal été faites.

     

     

    Ainsi, on assiste avec l’appui des médias, du ministère, des éditorialistes et des pseudoconnaissaurs à un quadruple renversement des rôles qui fait que :

    - eux sont les savants et nous les sachants or tout personnel de l’EN a fait des études assez poussées dans un ou plusieurs domaines et a des connaissances en pédagogie qui en font savant à la foi du fond des connaissances à transmettre, mais aussi des formes pour que les élèves les comprennent et se les approprient.

    - eux ont le bon sens et nous sommes en proie à l’idéologie alors que ces personnes assènent des maximes sur le niveau, les compétences, la manière d'enseigner ou de gérer tel problème sans rien n’y connaitre et sans chercher à comprendre. L’idéologie est là et le pire est quand on accuse la pédagogie. Qui prend en compte les points de vue, ne cherche pas à simplifier àoutrane un exemple pour le généraliser, c’est bien le travail que les enseignants font chaque jour avec leus et il est impensable qu’ils puissent en être autrement dans leur argumentation. Et quand on commence à creuser un peu, l’argument d’être un pédagogiste est repris sans rien ne savoir de ce que c'est pour éviter toute opposition , pas de côté ou recherche de mieux comprendre.

    - eux sont dans la réflexion et les personnels de l’EN dans le jugement des personnes ou de valeur alors que qui annonce parle de méritocratie. Là aussi c'est l’inverse sachant qu’une grande partie de la société est maintenant convaincue que les problèmes, ce sont les personnels qui ne font qu’appliquer ce qui est décidé par les gouvernements. Quand on souhaite soumettre une critique basée sur le terrain c'est qu’on juge la personne alors qu’on passe notre temps au quotidien à faire le contraire pour réellement essayer d’inclure l’ensemble des élèves et pas juste faire de l’affichage dessus ! Et même, on fait au contraire plus que bien ce travail sur la liberté de penser quand la société vante et met en place le prêt à consommer , le prêt à réfléchir avec certains médias et réseaux qui surfent sur des audiences uniquement à coup de marronniers ,des débats sans maitrise, l’annonce du bon sens oublié et l’absence d’empathie.

    Et là, on nous ressort, « ce qui est simple s’énonce clairement… sauf qu’ enseigner et faire que les élèves apprennent c’est tout sauf simple …

    - Enfin, l’argument toujours repris et le fait que l’EN est corporatiste et auto centrée, mais les grèves sont faites pour qui généralement ? Les élèves et la situation de l’école, pas celle individuelle de chaque enseignant ou membre de l’EN qui ce n’est plus à prouver est indigne de la France

     

    Au final, tout cela permet d’éviter de réfléchir à mieux ou autrement et renforce la méfiance envers l’école et ceux qui la font alors que c’est envers ceux qui décident que cela devrait se tourner. Comment alors s’étonner de l’ opposition la contestation,l’ absence d’empathie ou la volonté de main mise sur l’école d’une partie de la société face à cet universalisme qu’elle a à proposer et partager. L’école est à rebours de la société, mais comme on évitera de réfléchir à celle-ci on sacralise l’école qui devient la solution à tout ..

     

     

    Les problèmes actuels sont là depuis un moment : l’EN est malade

     

    - des changements … mais rien ne change réellement

    Les changements incessants font qu’on n’applique rien et que tout est à chaque fois effacé sans analyse pour faire du nouveau (souvent une reprise d’un autre truc dit auparavant et annoncé comme la solution), qu’on fatigue, qu’on abandonne, qu’on n’a plus envie.

    Comment changer quand tout ce qui est annoncé comme réforme se fait contre l’EN sans tenir compte des personnels Au final c’est juste perçu comme contrainte pas autre chose !

    - des programmes. À chaque annonce, un ajout au programme et de nouvelles ressources qui font qu’on ne peut rien mettre en place, car plus aucun moyen pour former, mais aussi réellement appliquer ces décisions , adaptations nécessaire à l’inclusion de tous. Le temps a été supprimé et on va juste externaliser l’aide pour certains !

    - des formations absentes. On est dans l’ information tout au plus. On ne fait que sur ce qui est prioritaire sur l’instant (et surtout sur ces fondamentaux qui ne veulent rien dire). On oublie des pans entiers de la formation. En plus du disciplinaire, il y a le travail d’équipe, l’évaluation, la gestion réelle des besoins des élèves, l’organisation des apprentissages.

    - de l’argent. On sort tous les jours les inégalités financières entre degrés, entre régions, entre public et privé, mais tout ce qui est annoncé n’affecte rien … et puis les salaires, tout le monde le sait mais tout le monde se tait !

     

    L’ objectif final ! Il n’y a pas de miracle ou de personne qui va tout résoudre, mais juste une culture qui est à revoir sur l’école :

    - qui est prêt à laisser du temps ?

    - qui est prêt pour être à l’écoute de tous ?

    - qui est prêt à avancer sur un budget net et pas mensonger ?

    -qui est prêt à entendre tout, à accepter plus d’horizontalité ?

     

    Mais ça pour l’entendre , il faut juste qu’une oreille soit tendue, car tout le monde le dit à tous les niveaux ! Cette oreille, qui est là pour la tendre et lancer non une nouvelle concertation à la noix où comme pour tout objet politique tout est joué d’avance,

    mais pour faire un état des lieux de la réalité, des problèmes ,de solutions trouvées, du partage , de l’aide et entraide comme moyen d’avancer, du faire pas juste du dire, du comprendre ainsi, car entendre ne suffira pas, il faut la vivre cette école ! Nos classes sont ouvertes et banissons le sacré : autant le hussard que le parent d’aujourd’hui, ce qu’il faut c’est de l’espace, du temps, pour se voir, s’entendre pour penser l’école autant que la panser, , s’écouter, se comprendre, mais cela ne rentre pas dans ce qu’on a déjà .

     

    Beaucoup des gens de l’ENveulent ça, mais comme l’école n’est plus rien pour la France, qu’elle ne nous paie pas , pourquoi encore faire ?

    Vous avez la chance, car vous avez tant de gens qui sont si riches devant vous que vous ne les voyez plus la vigueur et l’énergie sont tellement ahurissant dans l'EN que personne n’y est préparé !

     

    Pagnol a dit : «  Quand je voyais mon père dépenser tant d’intelligence, tant de tact pour apprendre à lire à des enfants ..., je me disais que si mon père avait appliqué ce talent, cette intelligence et ce dévouement à la bourse, il serait milliardaire ! « 

     


    votre commentaire
  • Il y a 4 ans j'ai partagé ici : http://supermaitre.eklablog.fr/m-a-j-du-rituel-d-histoire-des-arts-et-techniques-a147251906   mon rituel d'Histoire des Arts (et techniques) que j'ai mis en place afin de proposer des oeuvres, des écoutes ou de découvrir des personnages de manière quotidienne.

    Cet outil avait aussi pour but de faire travailler les élèves à l'oral en proposant à chacun de présenter régulièrement une des oeuvres ou un personnage / musicien. J'avais proposé une fiche explicative d'aide pour que chacun puisse faire ses recherches sur vikidia ou éventuellement wikipedia.

    Enfin, une fiche-trace était donnée régulièrement aux élèves pour se rappeler les oeuvres étudiées et s'y référer pour divers projets.

    Il y a 2 ans j'en ai proposé une 2e version numérique via Genially (http://supermaitre.eklablog.fr/rituel-d-hda-version-2-a202139066) qui permettait d'afficher et montrer facilement les docs en classe mais surtout aux élèves d'avoir accès aux ressources sur le site de classe à tout moment pour la préparation.

    Cette année, ayant des élèves qui ont déjà découvert ce rituel numérisé de l'an dernier, j'ai repris ma version 1 (cf lien tout en haut) pour passer ces ressource sur support genially et j'ai évité les redites avec des nouveautés mais aussi plus d'oeuvres car les élèves réclament ce rituel...

     

    Je n'ai plus à leur donner pour préparer leur travail oral que le nom d'une catégorie et le numéro d'une oeuvre (cf la frise de chaque catégorie).

     

     

    Et voici le genially ! 

    Rituel d'HDA version 2

     

    Pour chaque oeuvre 2 pages : 

    page 1 

    Rituel d'HDA  Version 1 numérique

    page 2 avec les infos utiles, des vidéos et la gestion des musiques

    Rituel d'HDA  Version 1 numérique

     

    Voici aussi la fiche donnée en début d'année dans les devoirs pour savoir comment faire sa présentation à la classe (clic sur l'image)  : 

    Rituel d'HDA  Version 1 numérique

    Télécharger « aide_presentation_orale.pdf »

    Pin It

    2 commentaires
  • Voici la quatrième période de l'organisation de mes 2 rituels d'EPS sur 30 min les matins en arrivant.

    J'ai repris les mêmes ressources que pour la période 3 en alternant activités intenses, plus douces et faisant travailler l'ensemble des habiletés à mettre en place à l'école.  Pour rappel, les explications sont ici : http://supermaitre.eklablog.fr/rituel-d-eps-sur-30-min-periode-1-a209718786

     Il y a 3 pôles (9 10 et 11) pour avoir 6 semaines complètes. 

     

    Rituel d'EPS sur 30 min période 4

    Télécharger « Flashcards EPS 9-10-11.pdf »

    Pin It

    3 commentaires
  • Voici la troisième période de l'organisation de mes 2 rituels d'EPS sur 30 min les matins en arrivant.

    J'ai repris les mêmes ressources que pour la période 2en alternant activités intenses, plus douces et faisant travailler l'ensemble des habiletés à mettre en place à l'école.  Pour rappel, les explications sont ici : http://supermaitre.eklablog.fr/rituel-d-eps-sur-30-min-periode-1-a209718786

     Il n'y a que 2 pôles (les 7 et 8) car durant cette période j'ai une séance par semaine qui saute du fait d'interventions en allemand.

     

    Rituel d'EPS sur 30 min période 3

     

    Pin It

    votre commentaire
  • Voici la deuxième période de l'organisation de mes 2 rituels d'EPS sur 30 min les matins en arrivant.

    J'ai repris les mêmes ressources que pour la période 1 en alternant activités intenses, plus douces et faisant travailler l'ensemble des habiletés à mettre en place à l'école.  Pour rappel, les explications sont ici : http://supermaitre.eklablog.fr/rituel-d-eps-sur-30-min-periode-1-a209718786

     

    Après une période, voici le bilan que j'en tire : 

    - les élèves sont actifs 20 min sur 30 ce qui est top

    - les consignes sont vite comprises et tout le monde peut se lancer sans problème

    - il est utile de bien montrer en phase de découverte les différentes actions et suites d'actions à réaliser pour que les élèves comprennent bien et réalisent parfaitement

    - quand cela tourne, je peux idéalement accompagner quelques élèves pour leur préciser un geste , une posture, de la coordination, ce qui est rarement possible dans d'autres moments au risque que tout le monde attende.

    - volontairement sur chaque séance, les 2 ateliers à réaliser se complètent : 1 intense + 1 plus simple (équilibre, lancer...)

    - mes fiches sont plastifiées et imprimées au format A6 et c'est très lisible ! 

    Voici donc les Pôles 4, 5 et 6 ! 

    Rituel d'EPS sur 30 min période 2

    Télécharger « Flashcards EPS 4 5 6.pdf »

     

    Pin It

    votre commentaire
  • Dans mon organisation de classe (3 jours en classe car 1 jour de décharge de direction), il n'est pas toujours évident de réussir à caler assez d'EPS par manque de temps, de place...

    L'an dernier, une collègue s'est mise à faire un temps d'EPS en début de matinée plusieurs fois par semaine avec des retours positifs tant sur l'ambiance à l'entrée en classe ensuite qu'à la réactivité des élèves pour se mettre au travail. 

    Ainsi, je vais organiser un temps d'EPS sur chacun de mes jours de classe : 

    - 1 temps long d'une heure (à 1h15 min) avec la programmation habituelle de l'école (jeux coop, jeux d'oppositions, jeux collectifs, cirque, ...) sur l'après midi car nous avons accès à des infrastructures seulement sur ces temps.

    - 2 temps de de 30 min les autres matinées juste après l'accueil des élèves. 

     Organisation 

    - chaque séance comportera 4 ateliers qui tourneront sur 2 semaines

    - chaque atelier comporte 6 à 7 élèves

    - chaque atelier dure 10 minutes.

    Sur les 30 min, je ferai systématiquement un temps d'échauffement collectif puis à la fin un petit bilan et le rangement. Le temps de bilan pourra servir pour montrer quelques actions réalisées parfaitement par les élèves afin que les autres puissent voir un exemple. 

    Ainsi, sur les 2  séances de la semaine, les élèves vont pouvoir passer sur les 4 ateliers. La semaine 1 sera la découverte et la semaine 2 le perfectionnement avec plus de temps de pratique. 

    Les activités

    Pour ces ateliers, j'ai souhaité des activités simples à mettre en oeuvre durant lesquelles les élèves sont très actifs sur un temps maximal. 

    Pour les contenus, les élèves vont travailler sur une dizaines d'activités organisées en pôle qui correspondent aux 4 ateliers de mes 2 semaines. J'ai donc prévu 15 pôles pour l'année soit 60 ateliers à créer. 

    Voici les thèmes des ateliers : 

     Pour le contenu des activités, je proposerai à mes élèves des petites cartes explicatives de l'atelier avec un texte, une illustration ou un qr code vers un montages des super vidéos Force4.tv/les pros du cardio.

    J'ai fait le montage de ces cartes à partir des sublimes propositions de mes copines Laetitia Vautrin et Sandrine Descombes à l'origine d'EPS&Coo (à découvrir).

    Rituel d'EPS sur 30 min période 1

    Le matériel 

    J'ai choisi d'avoir un minimum de matériel et tout ce qui sera à utiliser sera préparé en amont le matin. J'installerai le premier jour les 4 ateliers et les 3 séances suivantes du pôle, ce seront les élèves qui installeront les ateliers. 

     

    Voici les cartes réalisées pour la période 1 à raison de 3 pôles soit 6 semaines : 

    Rituel d'EPS sur 30 min période 1

    Télécharger « Flashcards EPS 123.pdf »

     

    Pin It

    26 commentaires
  • Pour cette rentrée 2020, je me relance en Arts Visuels, ne l'ayant pas enseigné durant des années, car cela était fait systématiquement par ma décharge de direction.

    Comme je fais quotidiennement "Silence, on lit", je me suis dit que la première production pouvait lier Arts et utilité. J'ai décidé de faire ce marque-page afin que chaque élève puisse l'avoir sur lui et surtout qu'il y ait le prénom de chacun. Je voulais aussi que ce soit agréable à regarder...

     

    J'ai donc imaginé un marque-page avec d'un côté des images de Keith Haring que les élèves colorient eux-mêmes après observation d'exemples et sur le recto, il s'agit d'écrir son prénom au feutre en utilisant une typographie découverte il y a peu, celle de Francis Chouquet (@Fran6) appelée LustiK.

     

    Pour le verso, j'ai juste imprimée des images de Keith Haring trouvées ici : JustColor 

    Puis, j'en ai projeté d'autres originales de l'artiste afin de voir avec les élèves les choix en terme de couleur :

    - couleur en aplat  pour chaque partie (fond, personnage, décor...)

    - des couleurs vives avec une majorité de rouge, vert, jaune, bleu et quelques dérivés

    - pas de sombre car on doit voir les traites noirs des contours

    - des choix de couleurs pour chaque image avec beaucoup de contraste.

    Marque-page en Arts Visuels

    Marque-page en Arts Visuels

     

     

    Pour le recto, les élèves ont écrit leur prénom aux feutres rouges et bleus à la manière de cette police géniale. Voici les quelques étapes de réalisation :

    - observation en classe entière de la police. les élèves sont étonnés car il leur faut du temps pour percevoir certaines lettres. Ils voient les couleurs et formes mais ne distinguent pas toujours la limite entre les deux et surtout la superposition des 2 couleurs qui crée soit un contour, soit une séparation pour marquer une lettre

    - essai individuel puis un retour sur les alternances de couleur, les formes qui créent les contoiurs des lettres et la compréhension que tout ne passe que par des carrés colorés complétés par des formes simples (cercle, carré, triangle et rectangle) 

    - quadrillage au crayon à papier de la feuille pour avoir des lettres de la même taille

    - mise en place des dessin des formes des 2 couleurs (rouge et bleu) avant de colorer. Sur ce point il est important que l'élève comprenne bine qu'il y a à faire au début un carré d'une des 2 couleurs (couleur de fond qui alterne dans l'alphabet) puis de compléter avec les autres formes par dessus (et non à côté..ou sans se toucher...)

    Marque-page en Arts Visuels

    Quelques conseils pour éviter les soucis : 

    - pas de bleu foncé

    - prendre le temps d'observer chaque lettre de son prénom en faisant un essai sur un autre support

    - faire les essais de superposition puis adapter si besoin la taille des formes ajoutées pour voir apparaitre la lettre.

     

    Si vous voulez le paperboard utilisé , le voici : 

    Marque-page en Arts Visuels

    Télécharger « marquepage.flipchart »

     Voici le résultat de quelques élèves : 

    Marque-page en Arts Visuels

    Marque-page en Arts Visuels

    Marque-page en Arts Visuels

     

     

    Pin It

    votre commentaire
  • TADA – Twittclasses, Activités et Dispositifs Associés – by Ludovia15
    Du 21 au 25 août 2018, Ax-les-Thermes, Ariège, France
    Ces dernières années, de nombreuses activités, projets, dispositifs pédagogiques collaboratifs se sont développés grâce à des solutions numériques en ligne, et notamment aux réseaux sociaux. L’ambition première de ces initiatives spontanées portées par des enseignants “connectés” est de mettre en branle l’intelligence collective pour concevoir, développer et animer des propositions pédagogiques ambitieuses, adaptables et évolutives au service de tous les élèves mais aussi de l’éco-formation participative des enseignants. Qu’ils soient canadiens, togolais, belges, suisses ou français, qu’ils accueillent un public de 3, 10 ou 16 ans, de la maternelle à la formation pré-professionnelle en passant par l’enseignement spécialisé, ces enseignants ont trouvé dans ces salles des maitres idéales, une vitalité, un écho à leur engagement et une communauté de valeurs en résonance avec leur aspiration de développement professionnel.

    PARCE QUE RIEN NE VAUT UNE RENCONTRE IRL

     


    Mais parce que la virtualité, qui fait aussi la richesse de ces initiatives ne suffit pas et que les rencontres loin des claviers sont un élément essentiel à l’évolution et la consolidation de ces initiatives, TwictLingua participera cette année à la toute première édition du TADA à LUDOVIA 15*VOUS AVEZ DIT TADA ?TADA (Twittclasses, Activités et Dispositifs Associés) c’est donc une manifestation qui vise à proposer aux membres des collectifs enseignants connectés et plus largement à tous les acteurs du monde éducatif, un espace physique de rencontres, de partage et de diffusion autour des propositions pédagogiques en ligne, dans leur singularité et de ce qui les rapproche.Réflexions didactiques, co-construction pédagogique, place de la recherche, outils et solutions, ateliers d’initiation, questions éthiques mais aussi prospective pour lancer l’année scolaire qui s’annonce, TADA est un espace multimodal où se succéderont présentations, ateliers pratiques, focus group et des moments plus informels pour lesquels le comité d’organisation vous réserve quelques surprises !Dans le cadre des événements associés, TADA offrira aux participants de LUDOVIA qui s’inscriront en tant que membre de l’un des collectifs partenaires, un espace dédié au coeur de l’événement LUDOVIA. TADA c’est la volonté de fédérer sans isoler, de permettre à chacun de profiter de temps d’échanges autour de projets qui lui sont chers dans un programme synchronisé avec les temps forts de LUDOVIA.

    PARTICIPER À TADA LUDOVIA C’EST :– Rejoindre un collectif de collectifs gonflés à bloc !
    – Un accès VIP à un espace de rencontre, d’échanges, de convivialité. – Un programme commun pour présenter les dispositifs, organiser des workshops “découverte” et/ou “avancé”, retrouver, en toute sérénité, des ateliers présentés dans le cadre de l’Explorcamp.


    – Être guidé dans Ludovia si c’est votre première participation.

    – Une réduction sur les frais d’inscription.– Une solution d’hébergement dédiée, à moindre coût.

    – L’accès à Ludocar, la solution de co-voiturage de Ludovia.

    – Un point de repère et d’ancrage au coeur de l’événement Ludovia.MAIS QUI ES-TU TADA ? Pour l’heure c’est déjà pas moins de 10 collectifs et initiatives enseignantes ! La liste est forcément évolutive. N’hésitez pas à nous signaler votre initiative en ligne pour rejoindre le TADA.

     Cliquez sur l'image pour accéder à l'ensemble des collectifs TADA.

    En route pour Tada ludovia


    NOUS RETROUVER …Utilisez le formulaire de pré-inscription ci-dessous pour que nous puissions revenir vers vous avec de plus amples détails, notamment au moment de la mise en ligne du formulaire d’inscription à LUDOVIA (procédure particulière simplifiée ? pour les membres du TADA).

    Formulaire de pré inscription 

    …. TRÈS BIENTÔT l’ensemble des collectifs réunis espèrent que vous partagerez notre enthousiasme et notre joie de pouvoir nous retrouver au mois d’août en Ariège autour d’un programme, d’un espace partagé mais surtout d’une énergie commune.

    Le site officiel de LUDOVIA 15, l’université d’été du numérique éducatif 

    Pin It

    votre commentaire
  • L'année dernière j'avais présenté mes outils à utiliser avec le calendrier de l'avent en ligne créé par Delphine Daux pour travailler en anglais sur Christmas.

    Voici la version de cette année qui est en cours d'achèvement. Comme l'an dernier, à chaque jour une activité à réaliser. Les premières sont des activités de vocabulaire autour de Noël et elles sont réalisables en ligne avec le lien vers les exercices learningapps conçus à cet effet.

    Cliquez sur l'image pour accéder au genially du projet(pour les activités learningapps, cliquez sur la croix rouge en haut de chaque fenêtre d'exercice pour l'ouvrir dans un nouvel onglet).

     

    Calendrier de l'avent en ligne 2017

    Je proposerai au fil des jours les documents pour les élèves qu'ils pourront compléter.

    Voici déjà pour les premiers jours apparus, cliquez sur l'image ! 

    Calendrier de l'avent en ligne 2017

     

     

     

     

    Pin It

    votre commentaire
  • Depuis la rentrée, j'avoue que je n'ai pas publié grand chose de nouveau. En fait, c'est que je suis passé de la construction d'outils pour mon fonctionnement de classe que je partage avec d'autres (vous , les lecteurs intéressés ) à un autre système de conception, la coopération entre enseignants.

    Ainsi, ayant un fonctionnement de classe assez satisfaisant en terme d'outils pratiques, je me suis concentré cette année sur des projets de classe sur le long terme mais aussi impliquant un travail à plusieurs enseignants. Enfin, je ne me suis pas concentré volontairement mais je me suis inscrit, ai accepté ou proposé de participer à des idées de projets formidables qui se sont mis en place en ce début d'année scolaire. 

    Tous ces projets auxquels je participe me sont tombés dessus via Twitter, qui est réellement une énorme salle des profs de tous les niveaux, toutes les disciplines, toutes les formes de pratiques avec des échanges, des partages et des idées qui se concrétisent. 

    Donc cette année, ce ne sont pas moins de 6 nouveaux projets dans lesquels je me lance avec des collègues extraordinaires ! Je ne vais pas tout détailler ci-dessous car 2 ont quelques particularités de plus : une implication importante de ma part, une organisation assez lourde et une envie de les détailler plus dans des articles à venir (et puis il faut que j'ai l'autorisation des collègues).

    En tout cas, ces projets ont tous des points communs :

    - l'implication des élèves dans leurs apprentissages , assurant de fait une meilleure maitrise des notions abordées

    - le réinvestissement des savoirs dans des situations réelles (de communication, de création ou de partage)

    - l'ouverture de la classe sur le monde extérieur :  vers d'autres écoles, d'autres niveaux scolaires, d'autres régions, d'autres pays, d'autres personnes ...

     Voici donc les 4 premiers projets 

     #MathsEnVie

    Il s'agit d'un projet lancé par Carole Cortay et Christophe Gilger (@ClasseTice) qui propose

     - d'Ancrer les mathématiques au réel  afin d’améliorer la compréhension en résolution de problèmes.

    - Développer la perception des élèves sur les objets mathématiques qui nous entourent.

    et ceci en travaillant en français et maths sur la compréhension mais aussi création par les élèves de problèmes impliquant des données numériques issues de la vie courante.

    Cliquez sur l'image pour accéder à la présentation 

    Mes projets pour l'année en cours

    Le projet et les activités mises en route sont présentés ici mais cette année , toutes les classes qui le souhaitaient pouvaient aller plus loin en créant un partenariat entre classes pour organiser des échanges.

    Ainsi, ma classe a commencé à travailler avec une classe  du Var. Chaque binôme s'organise comme il l'entend vis à vis de ses programmations, progressions, envies ou difficultés des élèves dans le travail sur la compréhension en problèmes. A chaque période, les 2 classes vont échanger autour du thème retenu en s'envoyant des problèmes créés par les élèves à partir de données numériques récoltées par la classe.

    Pour cette première période, nous avons fait le choix avec ma collègue de travailler sur le tri des données dans les problèmes afin de cibler ce qui est utile et nécessaire. Cela a aussi été l'occasion de travailler sur le choix de l'opération pour la résolution.

    Voici quelques exemples : 

     

    Intérêts  :  

    - les élèves étant les concepteurs de A à Z des problèmes (recherche des images ou fabrication, conception des énoncés et correction des réponses de l'autre classe), ils accèdent à beaucoup d'implicites de la résolution de problèmes et se retrouvent plus à l'aise dans la compréhension des autres situations.

    - le fait de créer plusieurs problèmes à partir d'une image fait que le principe de l'énoncé est mieux compris car chaque information est utile ou non. Ainsi, les élèves se sont amusés à créer plusieurs énoncés pour une image et mes CM2 ont réécrit des énoncés afin de varier les types de calcul pour répondre. 

     

    #ClémentAplati17

    Ce projet génial consiste à réaliser des échanges entre classes en se basant sur le roman Clément Aplati (Flat Stanley en anglais). Il est mis en place par des classes du monde entier et a été proposé cette année sur twitter via le compte géré par Isabelle Watrinet

    On lit le livre en classe puis on fabrique un "Clément" qu'on va envoyer visiter une autre classe à la découverte de l'école, la ville ou la région. Ce "Clément " est envoyé par la poste une partie de l'année puis reviendra en fin d'année pour découvrir tout ce qu'il aura fait. Pour en savoir plus voici le document explicatif.

    Mes projets pour l'année en cours

    Intérêts  :  

     - projet pluridisciplinaire (ou carrément dans toutes les disciplines car on peut tout partager avec nos "Cléments" : lecture en anglais, écriture de l'aplatissement, récit de ce qu'il découvre dans notre classe, travail en géographie sur notre quartier, ville, région...) Il n'y a aucune limite et les échanges entre enseignants qui participent alimentent les idées de ce que l'on peut faire avec.

    - la motivation des élèves est décuplée sur nombre des activités que l'on peut mettre en place en classe. Souvent, on veut faire le bilan ou garder une trace d'une sortie, une activité mais les élèves rechignent car ils ne voient pas trop l'intérêt. Là, ce sont eux qui proposent d'écrire et de prendre une photo pour raconter ce que l'on fait afin de l'envoyer à l'autre classe. 

    - notre classe découvre des régions ou pays plus ou moins éloignés, des fonctionnements proches ou différents, des pratiques diverses et cela stimule leur curiosité. 

     #TweetduJour

    L'an dernier, lorsque j'ai commencé ma Twittclasse, mes élèves suivaient peu ce que faisaient les classes auxquelles nous étions abonné et il y avait très peu d'échanges sur des travaux présentés ou des sujets qui pouvaient passionner les élèves. Cette année, à l'initiative d'un collègue qui faisait déjà cela auparavant, plusieurs classes travaillent à 2 en s'envoyant systématiquement 3 tweets tous les jours. 

    Ces 3 tweets sont écrits à tour de rôle par chaque élève de la classe et ils suivent un thème/une contrainte durant toute une période. Ainsi, durant cette première période, mes élèves ont échangé avec une classe de CE1-CE2 autour la présentation individuelle (#Bonjour + une explication sur une chose personnelle), de la présentation de la classe ou de l'école (#DansMon Ecole + une explication sur une activité, un outil, un matériel de la classe ou de l'école) et en numération (#Devinombre où on propose de faire deviner un nombre à partir d'une devinette visuellle ou textuelle pour le découvrir).

    Programme prévu et proposé par Xavier Racine 

    Mes projets pour l'année en cours

    Intérêts : 

    - tous les élèves participent à la twittclasse en devant produire des écrits courts et respectueux des thèmes imposés. 

    - les élèves lisent avec attention les tweets de l'autre classe ou de celles utilisant ces balises et donc interagissent plus. Il y a souvent réponse à une explication, correction parfois d'un travail, ou demande d'en savoir plus. En outre, tous ces travaux renforcent des compétences de production écrite mais aussi dans d'autres domaines comme la numération.

    Conjuguez vos talents ! 

     Un collègue de lycée de Côte d'Or, Mickael BERTRAND, m'a proposé de faire des échanges via twitter entre nos 2 classes. Je ne voyais pas du tout ce qu'on pouvait bien faire avec des lycéens mais il a développé une idée déjà mise en place par quelques classes : des échanges asymétriques.

    En fait, mes élèves travaillant sur la maitrise de la langue écrite et notamment la réalisation d'outils pour corriger les fautes d'orthographe dans la cadre de Twictées, ils réalisent des twoutils pour corriger des copies de lycéens et en retour ceux-ci peuvent répondre à mes élèves sur les contenus des copies en Histoire Géographie qui sont d'un niveau de lycée et donc pas très clair pour mes CM. 

    Cliquez sur l'image pour accéder à l'article sur le projet !

    Mes projets pour l'année en cours

     Intérêts :

    - favorise les échanges interdegré, les élèves sont très fiers de pouvoir corriger des grands mais aussi de découvrir des sujets qui sont traités au lycée.

    - les élèves s'investissent dans les corrections puisqu'elles servent à "quelque chose" (selon la parole d'un élève) et donc l'air de rien ancrent d'autant plus les outils qui leur permettront d'éviter ces fautes ensuite.

    Pin It

    6 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique