•  Dans un article précédent, je parlais de la différenciation dans la classe. Au fil des commentaires, une collègue blogueuse Azraelle m'a fait découvert une vidéo très intéressante de S. Connac sur le sujet qui en 2 h de conférence explique ce qu'il a écrit dans Apprendre avec les pédagogies coopératives et la personnalisation des apprentissages. Ayant parlé du 1er et cette vidéo piquant ma curiosité, j'ai acheté ce deuxième livre . 

    ...et personnalisation des apprentissages

     Ce livre propose une réflexion et des appuis pratiques pour personnaliser les apprentissages des élèves. A ce titre, le principe de différenciation est un peu démonté du fait de ses faiblesses pratiques (une différenciation simultanée imposant une préparation multiple de l'enseignant, une différenciation successive étant chronophage si elle est mise en place au quotidien).

    Ainsi, la personnalisation est définie en une individualisation des travaux proposés à laquelle sont ajoutées des activités coopératives et qui ont du sens pour chacun. (c'est la définition que j'en tire ! Pardon à S. Connac si cela ne correspond pas exactement à la sienne).

    Je reprends ci-dessous ce que promeut cette personnalisation :

    " une pédagogie considérant l'hétérogénéité comme une richesse, une préoccupation de tous, une organisation en classe de l'individualisation, un travail enseignant différent, des évaluations permettant d'améliorer les apprentissages, un équilibre entre temps de travail individuel et collectif, un travail scolaire finalisé et une communication vivante avec l'extérieur, une mise à disposition claire des réussites et besoins de chaque élève pour les familles."

    C'est donc l'ensemble du fonctionnement de la classe qui est tourné vers cette personnalisation des apprentissages.

    Voici quelques idées trouvées dans ce livre qui à mon sens permettent de rentrer de plus en plus dans une personnalisation : 

     - pour apprendre, l'élève doit être dans un espace sécure (droit à l'erreur :"on ne se moque pas"), être disponible cognitivement (certains élèves peuvent ne pas être prêt au niveau de la maturité pour aborder certaines notions : possibilité de différer les activités), être motivé (point délicat abordé longuement et clairement)

    - une organisation coopérative de la classe favorise la personnalisation avec un emploi du temps (incluant des moments de découverte/expériences, du temps de travail individualisé, des moments collectifs), un Plan de Travail qui propose des activités choisies par les élèves (et pas seulement les exercices de la semaine), un tutorat qui permet à un élève en difficulté sur un point de vite trouver de l'aide, des évaluations éducatives (et un recours à l'auto évaluation) 

    ...et personnalisation des apprentissages

    Et comment je pense les mettre en oeuvre en classe l'année prochaine :

    - créer des activités de mémorisation rituelles lors du travail d'un nouvelle notion et surtout ensuite de transfert pour ancrer la connaissance et la réutiliser dans un projet individuel (Quoi de neuf?), de communication (blog de classe, correspondance, ...) ou de classe (sortie,...)

    - favoriser un réel tutorat avec la création d'un tableau des experts dans chaque discipline pour qu'un élève ayant besoin d'une explication puisse savoir à qui faire appel, 

    - faire que tous les élèves deviennent tuteur ou aidant régulièrement. En effet, être dans ce rôle est bénéfique pour l'ancrage des notions puisqu'elle est réactivée, mise en mots et adaptée en fonction du degré de maitrise de l'autre. 

    - penser à évaluer dans des situations plus complexes et inédites pour vérifier l'acquisition des compétences

    - mettre en place des moments de présentation de lectures individuelles ou de discussion à visée philosophique 

     

    Pour finir, chacun est amené  à se positionner en tant qu'enseignant vis à vis du propos du livre en faisant des Pédagotests. C'est une série de questions avec à chaque fois 4 réponses possibles. On choisit la formulation qui correspond le plus à ce que l'on souhaite faire et met réellement en place puis un vérifie notre profil dans un tableau final. C'est très instructif  et peut être un outil à creuser pour aider les élèves à se situer en terme d'acquisition avant une évaluation ou comme évaluation.

    Pin It

    9 commentaires
  •  Comme tout le monde je pense, en découvrant les nouveaux programmes, j'ai eu comme un léger recul en voyant le nombre de pages par cycle et la présentation qui me semblait peu claire et pas facile d'accès. J'ai tout laissé de côté, me disant qu'on allait nous en reparler, voire peut être nous proposer des outils pour s'approprier ces textes.  Et puis NON, ...

     Certains ont commencé à publier leurs propositions de programmations mais cela ne me donnait pas plus envie de m'y mettre.

    Ce que j'attendais (à part une formation et des conseils de cycle 3, qu'on n'aura pas apparemment), c'était des documents reprenant ces programmes de manière plus simple et plus facile à utiliser. Je suis tombé depuis une semaine sur un tas de documents (officiels et d'académie) qui laissent présager un peu d'aide à l'application de ces nouveaux programmes.

    Mes 2 sources sont Eduscol et le blog Directeur 90 (qui compile toutes les ressources proposées)

    Voici ce qui peut tous nous être utile :

    Les programmes aux formats modifiables 

    Programmes complets

     

    Programmes Cycle 2

     

    Programmes cycle 3

     

    Horaires

     

    Compétences Cycle 2

     

    Compétences Cycle 3

     

     

    Des cartes mentales synthétiques permettant de cibler un domaine/une matière/un cycle

    Et les nouveaux programmes

    Et les nouveaux programmes

    Des documents prêts à l'emploi pour des programmations de cycle (y'a plus qu'à cocher le(s) niveau(x) pour chaque compétence)

     

    Maths Cycle 2

     

    Français Cycle 2

     

    EMC cycle 2

     

    Maths Cycle 3

     

    Français Cycle 3

     

    EMC cycle 3

     

     

    Des propositions de Programmations de cycle 2 et 3 dans toutes les matières

    Français

     

    Maths

     

    Histoire

     

    Géographie 

     

    Sciences

     

    Des Documents d'application (en petit nombre pour l'instant, mais ils ont le mérite d'exister)

     Cycle 2 (seulement Domaine Questionner le Monde pour l'instant)

    Cycle 3 (en attente)

     

     

     

    Pin It

    23 commentaires
  •  La semaine dernière a été une épreuve dans le fonctionnement de ma classe coopérative  durant cette année mais aussi une révélation.

    Avant de détailler plus précisément ce qui s'est passé, j'ai laissé tomber pendant 2 jours tous les principes de ma classe depuis le début d'année en prenant une position autoritaire. J'ai donc supprimé droits et libertés, imposé le silence, interdit toute coopération et sanctionné tout écart de conduite.

    J'en ai parlé dans mon journal d'un directeur et Craie Hâtive a résumé ce que j'ai vécu en une maxime qui sied parfaitement à cette situation :

    "Il vaut mieux un coup d'Etat sur une année de bienveillance

    qu'une année de coups d'éclats."

    J'ai pris conscience que l'organisation coopérative de la classe avec un conseil, des métiers, des droits et devoirs était plus qu'un simple système d'apprentissage du rôle de futur citoyen  : c'est aussi un condensé de construction démocratique équivalente à celle d'une nation.

     Ainsi, cette année d'entrée dans un système coopératif semble analogiquement proche de ce qu'a été la construction démocratique de notre pays. Cela permet aussi d'immerger les élèves dans ces processus complexes et d'enrichir mutuellement le travail d'Histoire et d'Education Civique et Morale en faisant certains parallèles.

    Voici les étapes de construction démocratique de ma classe en rapport aux faits historiques : 

     

    Déclaration des droits de l'élève apprenti-citoyen (26 aout 1789)

    En aout 2015, j'ai décidé de préparer ma rentrée en système coopératif en choisissant de ne plus être en position de monarque absolu. Ainsi, j'ai décidé de garder le pouvoir exécutif mais les 2 autres pouvoirs (législatif et judiciaire) étaient partagés avec les élèves. En outre, les élèves ont eu dès la rentrée des libertés et droits. Néanmoins, ils ont des devoirs en tant que citoyen.

    De la démocratie en classe ...

    Instauration d'une République de classe (21 septembre 1792)

    Dès les premiers conseils de classe (véritable Assemblée de classe), les élèves ont élaboré un règlement instaurant les éléments fondamentaux du fonctionnement de la classe en respect de la Loi mais aussi en rapport avec la charte de la Laïcité. 

    Élaboration des lois 

    Après 3 semaines, le conseil de classe a voté la déclinaison du règlement en ceintures de comportement apportant des nouveaux droits mais aussi imposant des devoirs de plus en plus complexes.

    De la démocratie en classe ...

    Mise en place d'un système judiciaire

    Les semaines passant, la plupart des problèmes soulevés lors des conseils relevaient d'excès dans le fonctionnement quotidien. Il s'agissait pour le plus souvent d'élèves qui gênaient les autres, continuaient malgré les rappels à l'ordre et ne respectaient pas le code des sons.

    Il est apparu nécessaire que la classe se dote d'un système judiciaire pour avertir les comportements contraires aux lois votées et réfléchisse à un système de sanctions. Cela s'est fait en plusieurs phases avec des cartons pour avertir et la mise en place d'un rôle de Super Maitre du Bruit (sur le modèle d'un juge).

    Période de la Terreur (1793-1794)

    Lundi 14 mars , c'était la deuxième semaine de mise en place des Super Maitres du bruit dans la classe qui doivent gérer le code des sons mais aussi avertir les élèves qui ne respectent pas le minimum pour se concentrer et travailler au mieux. Après les rituels, l'organisation en ateliers et plan de travail s'est remise en marche mais s'est grippée au bout de 30 minutes. En fait, tous les élèves s'étaient mis à contrôler le maitre du bruit en allant mettre un message dans la boite aux lettres à chaque fois qu'ils jugeaient que ce métier n'était pas fait correctement. Le maitre du bruit, s'en rendant compte, ne passait plus son temps qu'à observer la classe, à courir pour donner des cartons et changer le code des sons. Je me suis alors rendu compte qu'en 50 minutes de travail autonome il n'avait écrit que 2 lignes et qu'il y avait 20 mots dans la boite aux lettres. 

    J'ai fait une pause pour rappeler les règles et qu'il n'était pas nécessaire de contrôler les contrôleurs. Sauf que les 2 jours suivants, cette ambiance délatoire n'est pas retombée ...

    Coup d'État du 17 Mars (18 brumaire 1799)

     Le 17 mars à 10h05, la classe tournait plutôt bien : travail, sérieux, peu de bruit... Mais j'ai remarqué à nouveau le ballet des déplacements des petits mots pour dire qu'untel ne faisait pas son travail de super maitre du bruit. J'en ai trouvé à nouveau 10 et en les lisant, je me suis rendu compte qu'ils n'avaient rien compris alors que la classe fonctionnait.

    De la démocratie en classe ...

    J'ai donc annoncé que je reprenais tous les pouvoirs (législatif et judiciaire) et que jusqu'au prochain conseil je supprimais tous les droits des élèves. En outre, j'ai annoncé qu'à chaque bruit, je donnerai un travail écrit à faire.

    Cela n'a pas raté , j'ai mis dans les 2 heures 3 punitions et le lendemain, 4 autres dont une élève adorable qui avait juste repris le système de tutorat. 

    Instauration d'une 2ème République (1848)

    Au conseil exceptionnel du lundi suivant, tout a été remis à plat et les élèves ont proposé au vote 3 systèmes :

    - l'ancien système mais avec le risque d'un retour de bâton encore plus fort

    - un système autoritaire comme celui mis en place suite au Coup d'Etat

    - un système dérivé du premier où chacun s'occuperait de son métier et surtout de son travail plutôt que celui des maitres du bruit. Il a été proposé pour discuter des  éventuels dysfonctionnements de mettre ce sujet  à l'ordre du jour du conseil chaque semaine.

    De la démocratie en classe ...

    Sur 22 votes, la 2ème République a obtenu 21 voix et la dictature 1 voix. Il s'agit de mon élève tête de classe qui aimerait bien travailler sans aucun bruit tout le temps.

    A suivre

     

    PS : J'ai comme l'impression que ce fonctionnement correspond exactement à l'avenant au Projet d'Ecole ayant pour thème "Mobilisation pour Les Valeurs Républicaines". Je crois que je vais envoyer un copier-coller de ce texte comme fiche action.  

     

     

    Pin It

    13 commentaires
  • Quand j'ai choisi de me lancer dans une pédagogie inversée en début d'année scolaire, ma volonté était d'éviter d'être systématiquement dans une posture magistrale, de gagner du temps sur l'explication du contenu de la leçon par une vidéo, de proposer des vrais activités de recherche par groupe et aussi d'avoir la possibilité d'organiser mes groupes sur une leçon en fonction des besoins. J'en profite aussi à chaque fois pour tenir un atelier qui permet de reformuler le contenu, de tester la compréhension des élèves par des exemples et d'adapter mon discours au niveau de maitrise de chaque groupe.

    J'en fais un bilan grandement positif même si cela me semblait au départ un immense saut dans l'inconnu. Je trouve que le fonctionnement de ma classe est aussi grandement impacté par la volonté d'axer l'organisation quotidienne ou des activités sur la Coopération. Ainsi, je suis toujours étonné de me rendre compte comment les élèves se déplacent naturellement en classe pour aider d'autres camarades en difficulté passagère. Ce système d'entraide et parfois de tutorat permet que des élèves passés à côté d'une consigne ou d'une règle puissent quand même réussir une activité avec l'explication d'un autre. Je me rends aussi compte que l'entraide prend de plus en plus la forme d'une explicitation plutôt que du don d'une solution en faisant un exemple.

    Où en suis-je de la différenciation pédagogique ? 

     Et puis, comme cela arrive entre collègues (et même avec des stagiaires) , il nous arrive régulièrement de parler de l'équivalent du Loch Ness dans l'éducation (i.e. tout le monde sait de quoi il s'agit mais personne ne l'a jamais vu vraiment) : LA DIFFERENCIATION pédagogique.

    Comme tous les enseignants, on m'en en parlé à l'IUFM/ESPE, des maitres-formateurs ont insisté sur cette pratique alors même qu'il ne nous en présentaient pas, des livres par dizaines parlent de ce sujet mais à mon sens ne donnent pas d'outils concrets pour s'y mettre (je suis preneur de références si qq'un en a), nos IEN et conseillers péda nous vantent le modèle à chaque réforme en veillant à prendre 10 minutes pour distinguer différenciation et individualisation, ....mais cela ne me parle toujours pas plus voire je trouve le concept de plus en plus flou (un peu comme la photo de Nessie).

    Au fil de nos discussions entre collègues, on se dit qu'on a tous essayé un truc pour différencier en classe mais que comme les autres, on a laissé tomber ( pris par le temps, le quotidien de la classe, des projets et puis le peu d'impact perçu de ces essais).

      

    Et puis, dernièrement, j'ai pris de recul sur ce que je fais et je me suis dit que l'air de rien, avec mon organisation, j'avais certaines pratiques qui me "semblaient" être de la différenciation pédagogique réelle et efficace (bon là, je mets des guillemets et je marche sur des oeufs parce que je ne suis ni maitre-formateur, ni conseiller péda, ni IEN et que j'ai pas réussi à aller au bout d'un livre de Ph Meirieu sur le sujet)

     

    Différenciation en début de leçon

    Lors du travail d'ateliers sur une nouvelle leçon, je travaille avec tous les élèves en groupes de 3 à 5. Ces groupes sont faits en amont en fonction des réponses au formulaire en ligne rempli à la maison. J'ai choisi au préalable dans ce questionnaire de faire figurer 3 à 4 questions organisées comme suit :

    1. simple rappel ou compréhension de base de la notion

    2,3 . questions sur des points précis de la leçon sans difficulté importante

    4. question plus complexe qui correspond généralement aux erreurs récurrentes

    Ainsi, face à chaque groupe que j'ai pendant 5 à 10 minutes, je ne dis pas et n'insiste pas sur les mêmes choses en fonction des erreurs commises en amont. Cela me permet de détailler certains points qui sont peu clairs et d'en travailler d'autres plus rapidement. 

    Lors d'un travail de mise en commun avant de passer à la trace écrite, nous faisons en grand groupe un recensement des éléments importants et des pièges auxquels il faut faire attention.

     

    Différenciation en aval d'une notion

     Durant le travail de la semaine (sur le Plan de Travail), je suis disponible pour aider ceux qui en ont besoin et cela me permet d'expliquer autrement, de faire avec eux mais aussi de proposer à certains qui ont profité de mon aide de la transmettre à d'autres. Cela arrive régulièrement quand face à certains exercices, des élèves se sentent bloqués et ne voient pas comment réussir.

    En outre, le moment le plus important est le temps ritualisé que je prends chaque lundi avec tous les élèves pour faire le point sur leur travail de la semaine précédente. J'utilise les annotations du plan pour les  féliciter de les réussites et revenir sur les difficultés en proposant généralement de faire un travail particulier avec un des outils du fond de classe.

    Différenciation grâce aux outils de la classe

    L'organisation de la classe avec des ordinateurs en fond de classe, les entrainements aux ceintures et quelques ateliers de manipulation (ce sera mon prochain projet...) font que je ne cherche pas longtemps ce que je peux leur proposer pour leur faire comprendre une notion. 

    Où en suis-je de la différenciation pédagogique ? 

    Mon bilan est que c'est :

    - simple pour la mise en place du fait de la ritualisation de moments dédiés à des pratiques différenciées

    - basé plutôt sur mes capacités à m'adapter aux élèves en fonction de leurs besoins que sur une préparation en amont importante

    - mis en place en m'appuyant sur des outils de ma classe à disposition (entrainements des ceintures, exercices en ligne, ateliers de manip.)

    - conçu sur ce que je sais, observe ou comprends des erreurs/tâtonnements des élèves qui vont leur permettre de passer outre cette nouvelle connaissance qui parait complexe au premier abord.

     

    Les limites et perspectives : 

    - une limite fondamentale de ce système est le fait que certains élèves arrivent face à un exercice sans connaissance (participation limitée en ateliers, investissement très limité dans les activités d'explicitation et d'institutionnalisation et apprentissage inexistant). Il faut dès lors reprendre beaucoup de temps mais le fait de se mettre à disposition de ceux qui en ont besoin permet quand même qu'une acquisition ait lieu

    - en terme de matériel à disposition pour la remédiation, il faut un peu comme pour les ceintures y avoir réfléchi bien avant pour pouvoir répondre aux situations qui se posent en donnant un outil adapté

    - le système est preneur de temps et en laisse moins au quotidien avec un fonctionnement en double niveau. 

     - comme d'autres le font avec leurs plans, je réfléchis à proposer les corrections des exercices de la semaine que les élèves pourraient aussi faire avant de me rendre leur cahier. Cela me permettrait de voir avant la fin du travail de la semaine ceux qui ont pu passer à côté du travail (pour des causes différentes : consignes, compréhension, utilisation de la leçon, vérification, démarche mise en oeuvre...)

     - je pense qu'il faudrait proposer un ou 2 ateliers de manipulation dans la semaine dans le plan de travail (exercice auto correctif de manipulation ...)

    - je voudrais associer ce travail aux cartes mentales pour que chacun puisse s'approprier les contenus en formalisant les points ou étapes importants pour dépasser les limites de la leçon écrite 

    Pour aller plus loin : 

    Une vidéo d'une conférence de Sylvain Connac sur le sujet. Il y parle de différenciation (morte selon lui) et de sa suite le couple individualisation/personnalisation (la partie sur ce sujet commence à la 50è minute)

    Merci à Azraelle (et à son collègue) pour la découverte .

    Pin It

    19 commentaires
  • Je suis enseignant et il m'arrive d'être fatigué, découragé, angoissé. Je me sens parfois impuissant, médiocre, pas à la hauteur. Mon travail n'est pas reconnu car la plupart du temps invisible et l'on attend de moi un investissement considéré comme normal, pour lequel on ne me remercie que très occasionnellement.

    Épuisement professionnel : tous concernés, des profs blogueurs s'engagent ...


    Je suis enseignant. Je SUIS enseignant. Je ne peux pas dire que j'exerce la profession d'enseignant, car ma classe, je la vis au quotidien. Devant mes élèves, le matin quand je prépare, le soir lorsque je corrige ou que je réajuste, la nuit lorsque mon cerveau refuse de s'arrêter, le weekend ou en vacances lorsque je trouve des éléments intéressants pour mes élèves.

    Je suis enseignant, je suis potentiellement victime de burn-out, d'épuisement professionnel. Parce que je vois sur internet des choses merveilleuses que je ne parviens pas à instaurer dans ma classe, nourrissant parfois ce sentiment d'incompétence. Parce que ces navigations de blogs en blogs me nourrissent et me mobilisent mais dévorent également mon temps de préparation, ou mon temps libre, entretenant ainsi ma fatigue.

    Alors, parce-que nous pouvons tous et toutes être touchés par l'épuisement professionnel, des blogueurs se mobilisent!

    Parce-que l'enseignant parfait n'existe pas, et qu'il est donc inutile de chercher à le devenir, je partage avec vous un de mes gros échecs :

    Cette année, j'ai retravaillé sur le Moyen-Age avec mes élèves, accueillant des CM1. J'ai donc cherché pas mal et conçu une séquence complète sur la vie au Moyen-Age avec des documents sur les seigneurs, les paysans et le Clergé. Tout me semblait bien construit et j'avais prévu une organisation idéale alternant les explications et questionnements des élèves, les travaux à 2 sur les documents ou bien encore des moments de mise en commun illustrés de vidéos et tout pour leur faire le mieux comprendre possible et donc retenir.

    Et puis lors du démarrage de la séquence, dès le premier document lu, des mains se sont levées pour me demander d'expliquer ce que voulait dire fief puis suzerain. Cela a continué avec féodal, vassal ou bien encore clerc. Et là, je me suis rendu compte au fur et à mesure que mes documents étaient truffés de mots inconnus par les élèves. J'ai dès lors passé mon temps à traduire chaque phrase des textes pour qu'ils aient un minimum d'éléments clairs. Ma séquence est très vite devenue un cours magistral où les documents projetés au tableau étaient décortiqués par moi-même  face à un groupe de 22 élèves sages et patients mais alors pas du tout intéressés.   

    Je vous raconte cette anecdote pour vous dire qu'une séquence ultra travaillée au petits-oignons ne remplacera jamais un maitre attentif à sa classe. Et ce n'est pas compatible avec une fatigue excessive! Alors essayons de ne pas être trop perfectionnistes et ménageons-nous!

    Parce-qu'il est nécessaire de se ménager des temps libres, je partage avec vous une de mes astuces:

    - m'arrêter de travailler le soir avant 21h. Cela laisse du temps pour d'autres moments importants en couple ou en famille. En outre, cela évite de passer sa nuit à faire des recherches ou des travaux alors que la journée a déjà été longue et chargée.

    Épuisement professionnel : tous concernés, des profs blogueurs s'engagent ...

    Je suis blogueur, je ne suis pas meilleur que vous, je suis un collègue normal !

    Prenez soin de vous!

     

     

    Action pour prévenir l'épuisement professionnel

     

    Action pour prévenir l'épuisement professionnel

     

    Épuisement professionnel : tous concernés, des profs blogueurs s'engagent ...

     

    Action pour prévenir l'épuisement professionnel

     

    Épuisement professionnel : tous concernés, des profs blogueurs s'engagent ...

     

    Épuisement professionnel : tous concernés, des profs blogueurs s'engagent ...

     

    Épuisement professionnel : tous concernés, des profs blogueurs s'engagent ...

     

    Épuisement professionnel : tous concernés, des profs blogueurs s'engagent ...

     

    Épuisement professionnel : tous concernés, des profs blogueurs s'engagent ...

     

     

    Épuisement professionnel : tous concernés, des profs blogueurs s'engagent ...

     

    Épuisement professionnel : tous concernés, des profs blogueurs s'engagent ...

     

    Épuisement professionnel : tous concernés, des profs blogueurs s'engagent ...

     

     

    Pin It

    18 commentaires
  • Au mois de juillet dernier, on a parlé de 2 nouveaux parcours obligatoires dans la scolarité des élèves : le parcours d'EMC avec 1h par semaine et le parcours artistique et culturel.

    On a entendu parler du premier depuis le début de l'année via la DASEN , l'IEN ou les conseillers péda même si le mot parcours a été mis un peu de côté au profit d'actions d'éducation morale et civique. Notre IEN a été plutôt cool en nous conseillant de commencer par les règlements de classe avant tout autre chose.

    Par contre, l'autre parcours, rien ! Pas une ligne trouvée sur les infos éducatives, les blogs ou même dans les notes de service. Il y a juste une trace dans le BO.

    La classe, l'oeuvre !

    Et puis, il y a quelques semaines, nous avons été contacté par le Musée municipal de notre ville. Il nous est proposé d'associer (sous forme de jumelage) les 2 établissements sur un projet de 3 ans. Toute l'équipe était enthousiaste sachant que ce projet comblerait une bonne partie de la rédaction de notre prochain projet d'école. 

    A cette occasion, parmi les activités ou ressources sur lesquelles on pourrait s'appuyer ou même proposer, une action nous a été présentée : LA CLASSE, L'OEUVRE !

    Il s'agit de travailler avec un musée proche de notre école sur une oeuvre du patrimoine local, de la faire découvrir aux élèves qui devront proposer une médiation ( présentation orale, mise en scène, cartel, livret-découverte avec questionnaire-jeu, ...) en prévision de la Nuit des Musées au mois de mai 2016.

     Voici une vidéo présentant le concept : 


    Nuit européenne des musées 2015 : "La classe, l... par culture-gouv

    Pour ceux que cela pourrait intéresser, je mets à disposition en bas le document où trouver tous les éléments pour participer, sinon voici les éléments à savoir pour se lancer : 

    1. Trouver un musée proche de son école (tous les musées peuvent participer, c'est une de leurs obligations ). Cliquez sur l'image pour accéder à un moteur de recherche des musées de France.

    La classe, l'oeuvre !

    2. Se mettre d'accord avec le Musée sur l'oeuvre et le type de travail entrepris. Pour ma part, je vais travailler sur une peinture de notre ville durant la bataille de 1870 (soit de la géographie, de l'histoire, des arts, ...) et je pense que les élèves vont produire un livret découverte-jeu qui pourra être utilisé par d'autres classes qui viennent au Musée (on complétera sûrement pas une ressource numérique).

    3. S'inscrire via la musée au dispositif d'ici fin décembre 2015.

    4. Prévoir le travail de découverte, analyse, productions avec les intervenant du Musée et mettre en ligne le projet sur Canopé avant une restitution pour la Nuit des Musées.

    En cas de question ou pour en savoir plus sur le sujet, il y a dans le document de présentation du Ministère la liste de tous les référents académiques CULTURE et ARTS. 

    La classe, l'oeuvre !

     

    Pin It

    votre commentaire
  • Comme tous, je suis sous le choc depuis hier soir.

    Parler en classe du 13 novembre lundi matin

    Affiche réalisée par LES CARTONS

     

    Et puis, cet après-midi, je me suis mis à penser à ma classe lundi matin. J'ai trouvé grâce à CLASSETICE des idées ou ressources pour me préparer aux retours, questionnements ou ressentis des élèves. J'avais un peu hésité en janvier, ne sachant pas trop quoi faire.

    Pour ma part, je vais :

    - demander si des élèves souhaitent s'exprimer (de quelque manière que ce soit)

    - leur proposer d'expliquer via une vidéo (1 jour 1 actu) ce qu'est le terrorisme

    Parler en classe du 13 novembre lundi matin

    - revenir sur l'image de Marianne qui pleure et ce que cela leur évoque

    - prendre le temps si cela est nécessaire d'essayer de parler des circonstances via l'article du Petit quotidien

    Parler en classe du 13 novembre lundi matin

     En outre, Leparisien.fr annonçait samedi que les journaux Petit Quotidien et Mon quotidien seraient gratuitement proposés en ligne dès dimanche soir.

    Et aussi (merci Isac), des outils collège à connaitre et peut être utiliser : 

    http://lewebpedagogique.com/lapasserelle/2015/11/14/emc-4eme3eme-par-qui-notre-liberte-est-elle-menacee/

    - finir par réfléchir sur cette affiche et cette citation de Martin Luther King.

    Parler en classe du 13 novembre lundi matin

     

    Voici le fichier Activinspire de ces travaux : 

    Parler en classe du 13 novembre lundi matin

     

    Pin It

    6 commentaires
  • Avec l'entrée en vigueur de l'EMC, l'obligation d'annexer au règlement de l'école LA CHARTE DE LA LAICITE est apparue. 

    A notre réunion de rentrée des directeurs, notre Inspecteur nous en parlé sans pour autant rentrer dans le débat horaire ou disciplinaire. Il a insisté sur le fait que faire signer aux familles ce document pour vérifier sa lecture en plus d'un règlement ne semblait pas approprié. Il a donc préconisé de travailler au préalable en classe dessus pour que les élèves comprennent un peu ce document et que ce travail puisse avoir un vrai sens pédagogique.  En outre, il a insisté sur le travail autour du règlement de classe qui était un outil très intéressant pour faire vivre en classe les valeurs républicaines. Je vais donc logiquement m'y atteler par le biais du travail coopératif qui correspond parfaitement. 

    Et la laïcité dans tout ça !

    Notre conseil de maitres a donc décidé de ne pas le mettre en annexe. Par contre, chaque enseignant devra d'ici la réunion d'information aux familles  travailler en classe sur cette charte pour terminer par une présentation sommaire lors de cette réunion. Ainsi, les familles se verront remettre la charte pour la signer après en avoir déjà parlé.

    Je propose ci dessous quelques outils sur le sujet et un fichier TBI flipchart que je vais utiliser en classe.

    Mon déroulé de séance

    Je ne mets pas de fiche de préparation (qui à mon avis est assez personnelle) mais le déroulé :

    - lecture individuelle de la charte

    - lecture collective avec recensement des mots complexes au tableau (qui seront expliqués au long de la séance)

    - visionnage de la vidéo 1 jour 1 actu sur la laïcité, expliquant clairement les éléments importants

    - discussion sur les mots notés à partir des éléments apportés

    - travail de groupe sur 3 articles pour essayer de reformuler simplement ce qui est indiqué en s'imaginant l'expliquer à des élèves de CE

    - mise en commun pour définir en écriture collective les différents articles  de manière simple (ou groupes d'articles)

    - présentation et lecture de la Charte de la Laïcité expliquée aux enfants (Ligue de l'enseignement) avec  comparaison avec les propositions de la classe

    - affichage de cette charte en classe avec en regard les propositions de la classe

     

    Le fichier flipchart

    Et la laïcité dans tout ça !      et lePDF du flipchartEt la laïcité dans tout ça !

    La vidéo

    Et la laïcité dans tout ça !

    C'est quoi la laïcité ? from Milan Presse - Editions Milan on Vimeo.


    La laïcité à l'école : le clip par EducationFrance

    La Charte version Education Nationale

    Et la laïcité dans tout ça !

    La Charte expliquée aux enfants (Ligue de l'enseignement)

    Et la laïcité dans tout ça !

     

    Pin It

    10 commentaires
  • Avec mes CM, j'ai toujours fonctionné avec un petit cahier de leçons regroupant le français et les maths. Le format me convenait et je trouvais qu''avoir toutes les leçons dans un cahier facile à transporter était un atout. Néanmoins, j'ai toujours eu du mal à partager correctement ce cahier entre les 2 matières en tenant compte du nombre de leçons mais aussi parfois de l'écriture des élèves.

    J'avais envie de renoncer à cet outil pratique pour un classeur qui règle certains problèmes mais en pose à mon avis beaucoup d'autres...

    Pages de Sommaire du cahier de leçons

    Et puis, avant la rentrée 2014, la nouvelle collègue qui assurait ma décharge, Céline, est venue avec une idée toute simple et pratique qui règle les problèmes : UN SOMMAIRE DU CAHIER DE LECONS ! C'est une idée toute simple (comment ne pas y avoir pensé plus tôt) qu'elle avait prise dans une classe où elle effectuait une décharge les années précédentes.

     

    Le principe de fonctionnement est le suivant :

    - le sommaire est constitué de 2 pages, la première indiquant les codes (GR ORTH CONJ,...) et couleurs pour les leçons (rouge en français et vert en maths)

    - avant le début d'année, on imprime pour chaque élève la page 1 du sommaire  et plusieurs exemplaires de la page 2 (7 pour moi) et on agrafe le tout en haut à gauche

    - on distribue ce sommaire avec chaque cahier de leçons et on le fait coller sur la première page

    - on fait numéroter au crayon à papier toutes les pages du cahier

     

    Pages de Sommaire du cahier de leçons

    Ainsi à chaque leçon : 

    - on détermine avec les élèves le code de la leçon (c'est une idée de métier). Exemple : GR1  pour la première leçon de grammaire

    - on fait coller la leçon et les élèves mettent le titre avec la bonne couleur  (attention à essayer d'utiliser au tableau la bonne couleur)

    - on fait compléter la ligne du sommaire aux élèves (toujours en couleur ) avec la page du cahier, le code, le n° de la leçon dans le code et enfin un titre (parfois raccourci).

    Voici un exemple : 

    Pages de Sommaire du cahier de leçons

     

    Le document à télécharger est ici :

    Pages de Sommaire du cahier de leçons

     

     

    Pin It

    9 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique